Articles Tagués ‘Neymar’

Le top 5 des transferts du mercato estival

3/09/13 – 11h30© photo news.

Gareth Bale au Real Madrid, Neymar à Barcelone, Radamel Falcao à Monaco, Mesut Özil à Arsenal ou encore Edinson Cavani au PSG. Le marché estival a donné lieu à quelques mouvements remarqués. Quelques heures après la fermeture du mercato, le point sur les transferts les plus retentissants de l’été.

1. Gareth Bale au Real Madrid
Prix: entre 91 et 100 millions

Gareth Bale au Real Madrid, c’est le feuilleton de l’été. Personne n’a jamais vraiment douté que le transfert allait se faire. Mais ce sont sutout les chiffres qui ont fait parler. Le Gallois, élu meilleur joueur de Premier League la saison passée avec Tottenham, s’engage pour un montant record. Il fait désormais partie des joueurs les plus chers de l’histoire. Mais valait-il vraiment autant d’argent?

© reuters.
2. Radamel Falcao à Monaco
Prix: 60 millions

On l’annonçait à Chelsea ou au Real Madrid mais c’est finalement à Monaco que Radamel Falcao s’est engagé. Un choix surprenant pour beaucoup d’observateurs, puisque le club principautaire revient à peine en Ligue 1. Avec ses nouvelles couleurs, l’ancien attaquant de l’Atletico a déjà marqué 3 buts en 4 matches. Une bonne moyenne.

© ap.
3. Neymar à Barcelone
Prix: 58 millions

Barcelone a cassé sa tirelire pour recruter l’étoile montante du football brésilien. Neymar doit apporter un peu de génie à une équipe trop dépendante de Lionel Messi. Brillant avec le Brésil à la Coupe des Confédérations, il doit encore trouver ses marques en Espagne, où il a tout de même offert la Supercoupe d’Espagne à ses couleurs.

© photo news.
4. Edinson Cavani au PSG
Prix: 63 millions

Après avoir claqué des buts à la pelle en Serie A sous les couleurs de Naples, Edinson Cavani s’est laissé tenté par une aventure au PSG, où on espère beaucoup de son duo avec Zlatan Ibrahimovic. L’Uruguayen, qui a déjà marqué deux buts en Ligue 1, est le transfert le plus cher de l’histoire du foot français.

© getty.
5. Mesut Özil à Arsenal
Prix: 50 millions

Le dernier gros coup du mercato est venu de Londres, où Arsenal, qui réfléchit pourtant à deux fois avant de dépenser ses sous, s’est offert Mesut Özil. Le génial meneur de jeu allemand était barré par la concurrence suite à l’arrivée de Gareth Bale au Real Madrid. Plus d’un million de tweets mentionnant son nom ont été publiés dans la journée d’hier. Soit trois fois plus que Gareth Bale… Pas sûr que le club espagnol fasse une bonne affaire, en vendant l’un de ses meilleurs joueurs.

Mais aussi…
-Mario Götze au Bayern Munich
-Thiago Alcantara au Bayern Munich
-Samuel Eto’o à Chelsea
-Willian à Chelsea
-Marouane Fellaini à Manchester United
-James Rodriguez à Monaco
-Joao Moutinho à Monaco
-Eric Abidal à Monaco
-Carlos Tevez à la Juventus
-Kevin-Prince Boateng à Schalke 04
-David Villa à l’Atletico Madrid
-Kaka au Milan AC
-Gonzalo Higuain à Naples
-Paulinho à Tottenham
-Roberto Soldado à Tottenham
-Jesus Navas à Manchester City
-Mario Gomez à la Fiorentina
-Marquinhos au PSG
-Henrikh Mkhitaryan à Dortmund

Publicités

Les détails du contrat de Neymar

Le contrat de Neymar. © (capture d’écran: Radio Globo).

Ràdio Globo s’est procuré l’acte de vente de Neymar vers le FC Barcelone. Un document datant du 18 juin dernier.

Neymar, meilleur joueur de la coupe des Confédérations 2013. © reuters.

Tito Vilanova n’arrivera pas à faire jouer Neymar et Messi ensemble

La phrase de Pep Guardiola, selon la presse espagnole

Pep Guardiola a tout essayé pour attirer Neymar au Bayern Munich. © afp.

Ràdio Globo a obtenu l’acte de vente du joueur brésilien élu meilleur joueur de la récente coupe des Confédérations.

171.000€ en frais administratifs et juridiques
Pour obtenir 100% des droits de Neymar, le FC Barcelone a déboursé la somme de 17,1 millions d’euros à Santos, Delcir Sonda (DIS) et Teisa. Le club brésilien et les deux groupes cités ci-dessus possédaient les droits de Neymar. Dès lors, les 17 millions d’euros ont été réparties de cette manière: 9 millions pour Santos, 7 millions pour DIS et 1 million pour Teisa. Le club catalan a également dépensé 171.000€ dans des frais administratifs et juridiques dans cette opération.

2 millions si Neymar fait partie du top 3
Santos, l’ancien club de Neymar, se réserve un pourcentage en cas d’une éventuelle vente de la dernière pépite brésilienne. Dans ce document officiel, il est également stipulé que le Barça déboursera deux millions d’euros si Neymar ferait partie des trois meilleurs joueurs au monde.

Deux matches amicaux
Le FC Barcelone a également accepté d’affronter Santos à deux reprises dans le cadre de matchs amicaux (le 2 août à Barcelone et une autre date à définir en terres brésiliennes). Au cas où la fédération brésilienne mettrait son veto à ce duel, elle devra lâcher 4,5 millions d’euros à Santos.

40 millions pour le père de Neymar
Comme vous le savez probablement, Neymar a été acheté pour 57 millions d’euros. Il reste donc un trou de 40 millions d’euros. Ils auront tout simplement servi à payer le père de Neymar en guise de commissions, selon la presse ibérique. Dit autrement: une somme astronomique. Une partie, à savoir 10 millions d’euros, avait déjà été versée en 2010.

Guardiola a tenté de faire capoter l’affaire
Toujours selon les médias espagnols, Pep Guardiola a tout tenté pour faire venir Neymar au Bayern Munich. Son argument? « Tito Vilanova n’arrivera pas à faire jouer Neymar et Messi ensemble. »

Coupe des Confédérations: le Brésil donne une leçon à l’Espagne (3-0)

Source: Belga© photo news.

C’est un petit séisme sur la planète football: l’Espagne hégémonique s’est fait écraser en finale de la Coupe des Confédérations dimanche au Maracana par le Brésil (3-0), qui a remporté ainsi la compétition pour la troisième fois de suite et pris surtout date pour le Mondial 2014.

© photo news.
© photo news.
© getty.
© ap.
© ap.
© getty.
© getty.
© photo news.
© getty.
© getty.
© getty.

Un doublé de Fred (2e et 47e) et un but du jeune prodige Neymar (44e) ont permis aux Brésiliens de conforter leur statut de favori pour ce Mondial à domicile et de stopper la série record d’invincibilité de l’Espagne (29 matches de compétition), qui n’a toujours pas réussi à remporter la Coupe des Confédérations.

Jamais le vainqueur de la « Coupe des Conf' » n’a gagné la Coupe du monde qui s’ensuit. Mais cette superstition était bien éloignée des quelque 73.000 coeurs brésiliens massés dans le mythique stade de Rio de Janeiro, qui ont connu une fête dépassant leurs plus folles espérances.

Car dépassée, l’Espagne, qui aura donc échoué dans la quête de son Grand Chelem, l’a été comme jamais, et son statut de double championne d’Europe et de championne du monde en titre vacille désormais sérieusement sous les trois buts brésiliens. Les trois coups brésiliens avant d’entrer en scène pour « son » Mondial ?

Mais y a-t-il eu seulement un match?
Le Brésil s’était révolté en prenant la rue lors de massives manifestations, et le gaz lacrymogène venu picoter les narines des spectateurs, utilisé par les forces de l’ordre aux abords du stade contre des protestataires, le rappelait. Son équipe nationale du Brésil s’est mise à l’unisson, au gré d’une révolte dirigée, elle, contre l’empire espagnol. Renversante!

Le scénario fut un calvaire pour la Roja, qui a encaissé des buts dès l’entame, en fin de première période et au début de la seconde, et qui a même raté un penalty, tiré à côté par Sergio Ramos (55e)! Et un carton rouge pour Piqué (68e)! Et le public qui se met à scander le nom de la chanteuse vedette Shakira, la compagne de ce dernier, présente au stade! Et les « olé » du Maracana chambreur!

Enfer espagnol, car ou donc paradis brésilien. « Le Brésil doit se faire respecter à la maison », avait prévenu le sélectionneur Luiz Felipe Scolari. Pour l’Espagne, c’était une maison de correction! Le onze-type de Luiz Felipe Scolari est arrivé au faîte de sa forme pour le jour J. Enfin, le jour J sera bien une finale au Maracana, mais le 13 juillet 2014 pour la Coupe du monde, l’objectif prioritaire de la Seleçao.

« Golaço de Neymar »
« C’est un match qu’on pourra analyser, dont on pourra retirer des paramètres qui nous seront utiles pour la Coupe du monde », avait avancé « Felipao ». C’est prometteur!

En attendant, ce dimanche, tous les voyants étaient au vert et jaune. Neymar a inscrit un nouveau « golaçao » et a confirmé son ascension avant le grand saut au Barça, Fred a marqué un doublé et rejoint Torres en tête du classement des buteurs (5 réalisations), la paire Paulinho-Luiz Gustavo a totalement annihilé Xavi et considérablement gêné Iniesta, et la défense brésilienne a rendu le secteur offensif espagnol tout simplement inoffensif.

Tout s’est très vite dessiné. Les Brésiliens ont l’habitude de mettre, d’emblée, une pression d’enfer. Dès la 2e minute, coup de maître de Fred, au sortir d’un cafouillage et d’un tacle à terre juste devant Casillas. Dans un style très Fred! Et cette pression a fait dérailler la machine collective de la Roja. Ses rouages avaient déjà montré des signes de rouille lors de ses deux derniers matches, contre le Nigeria, finalement balayé (3-0), et surtout l’Italie en demi-finale (0-0 a.p., 7-6 t.a.b.).

Une usure pointée par Vicente Del Bosque. « Nous n’arrivons pas au meilleur moment, physiquement, parce que la saison a été très longue », avait dit samedi le sélectionneur.

Seul Iniesta avait encore du ressort: le Barcelonais aimantait tous les ballons offensifs et insufflait un minimum de vie dans le jeu espagnol. Son accélération assortie d’un frappe lointaine, détournée en corner par Julio Cesar (20e), faisait office d’aveu d’impuissance, comme ce tir sans conviction (58e).

Et quand la machine se remettait en marche, elle butait sur une défense brésilienne en état de grâce. « J’ai marqué un but mais David Luiz l’a annulé », pourrait ainsi dire Pedro après le sauvetage de l’arrière central (41e) en paraphrasant le mot célèbre de Pelé sur l’arrêt du gardien anglais Gordon Banks au Mondial 1970. Et le Maracana de scander « David Luiz! David Luiz! », un privilège rare pour un défenseur. Avant de chavirer de bonheur au coup de sifflet final. Et de prendre rendez-vous pour le 13 juillet 2014.

© ap.

Le Brésil en finale de la Coupe des Confédérations

Source: Belga© afp.Le Brésil, double tenant du titre, s’est qualifié pour la finale de la Coupe des Confédérations organisée sur son sol en battant l’Uruguay en demi-finale (2-1), mercredi à Belo Horizonte

Fred avait ouvert la marque pour la Seleçao à la 41e minute sur un service de Neymar. Diego Forlán avait alors manqué la conversion d’un penalty pour l’Uruguay qui a fini par égaliser dès la reprise par Edinson Cavani (48e). C’est Paulinho en fin de match qui a offert la victoire au Brésil (86e).

La Seleçao disputera la finale au Maracana de Rio de Janeiro, dimanche à 00h00, contre le vainqueur de la demi-finale Espagne-Italie, programmée jeudi à Fortaleza (21h00).

© epa.

Tous les droits réservés.

Le Brésil fait la loi à la maison face a l’Italie (2-4)

 

Source: Belga© afp.

Dans une rencontre intense et devant son public, le Brésil a pris la mesure de l’Italie (2-4). La Squadra Azzura devrait logiquement affronter l’Espagne en demi-finale. Dans l’autre match de la soirée, le Mexique s’est imposé contre le Japon. Pour l’honneur…

© getty.
© reuters.
© afp.
© ap.
© afp.
© getty.

Les deux équipes étaient déjà qualifiées après les deux premières journées et lorgnaient la tête du groupe pour ne croiser, si possible, qu’en finale les champions du monde et d’Europe espagnols.

Ce sera sans doute pour l’Italie, la joue encore rouge de la claque reçue en finale de l’Euro 2012 (4-0), quand le Brésil affrontera selon toute vraisemblance l’Uruguay.

Pour ce grand classique, entre les deux nations les plus titrées en Coupe du monde (5 fois pour la Seleçao, 4 pour la Nazionale), les deux sélectionneurs ont proposé de beaux collectifs, desquels se détachaient toutefois les deux stars qui ont, encore une fois, répondu présent.

Neymar au premier chef: il a inscrit son troisième but en trois matches d’un coup franc somptueux, qu’il avait lui-même obtenu (55e). Après sa demi-volée du droit contre le Japon (3-0) et sa volée du gauche face au Mexique (2-0), il offrait ainsi une nouvelle facette de sa qualité technique, aussi spectaculaire que décisive.

Ce n’était cependant pas le Neymar vu contre le Mexique. Dans le jeu, hormis quelques accélérations au milieu de terrain, il était cette fois plus discret, moins incisif; un peu émoussé peut-être. Il était d’ailleurs remplacé dès la 66e, par Bernard.

Doublé de Fred
Les coéquipiers de Neymar autour de lui compensaient largement, entre un Hulk très travailleur et un Fred qui trouvait enfin l’ouverture après deux matches à sec, par un doublé.

Alerté par Marcelo, il résistait à Chiellini et faisait mouche en force (67e), avant de reprendre un ballon repoussé par Buffon consécutif à un tir du même Marcelo (89e).

Le capitaine italien était décidément malheureux puisqu’il avait déjà offert de cette manière l’ouverture du score à Dante (45e+1), fou de joie, lui le natif de Salvador. La deuxième star sur le terrain, c’était Balotelli.

L’avant-centre italien a grandement pesé sur la défense brésilienne. Il a magnifiquement lancé sur la droite, d’un aile de pigeon, Giaccherini qui égalisait en croisant bien sa frappe (51e), et son coup franc serait allé en pleine lucarne sans l’intervention de Julio Cesar (61e).

Les Brésiliens contrôlaient la partie et proposaient le plus de mouvement, de vitesse. Les Italiens, eux, ne sont montés d’un cran qu’après le 2-1 de Neymar.

Ils ne se créaient cependant guère d’occasions autres que sur corners, entre la réduction du score de Chiellini (71e, 3-2) et la barre trouvée par Maggio (79e).

Si le faible enjeu empêchait que le match ne s’inscrive dans la filiation de la finale du Mondial 1970 (4-1 pour la bande à Pelé) ou de la rencontre du 2e tour du Mondial-1982, avec les Azzurri de Rossi qui éliminaient la Seleçao de Socrates et Zico (3-2), le score et l’intensité en avaient le parfum. 

Equipes titulaires

Italie: Buffon (cap.) – Abate, Bonucci, Chiellini, De Sciglio – Montolivo, Aquilani – Candreva, Marchisio, Diamanti – Balotelli.
Sélectionneur: Cesare Prandelli.
Brésil: Julio Cesar – Dani Alves, Thiago Silva (cap.), David Luiz, Marcelo – Hernanes, Luis Gustavo – Hulk, Oscar, Neymar – Fred.
Sélectionneur: Luiz Felipe Scolari.

 

Le Brésil et Neymar enchaînent en battant le Mexique (2-0)

Source: Belga© getty.

Le Brésil, en dominant le Mexique (2-0) mercredi à Fortaleza, a quasiment assuré sa qualification pour les demi-finales de la Coupe des Confédérations, grâce à un but et une passe décisive de Neymar.

Le billet qualificatif dépendait de l’autre match du groupe dans la foulée, Italie-Japon, tout comme l’élimination du Mexique.

Les Brésiliens ont mis une pression d’enfer sur leurs adversaires dès l’entame et assiégé leurs cages, la concrétisant par l’ouverture du score de la 9e minute par Neymar.

Centre dévié de Dani Alves et reprise de volée du gauche du jeune prodige: encore un « golaço » (beau but) du N.10 de la Seleçao, après sa demi-volée du droit ouvrant la voie au 3-0 contre le Japon samedi.

Et en fin de match, petit festival côté gauche pour effacer deux défenseurs et passe ajustée pour Jô qui n’avait qu’à finir le travail (90e+3).

Sur le gazon, avec sa panoplie de feintes, vitesse, justesse technique, gestes de classe, Neymar s’est démultiplié et a souvent contraint les Mexicains à sortir les cisailles. .

Neymar imite la danse d’un enfant HAÏTIEN!

18/06/13 – 12h18© (capture d’écran).

Neymar a réussi son entrée lors de la coupe des Confédérations. Face au Japon, le joueur du Barça a trompé Eiji Kawashima d’une splendide volée. La nouvelle pépite du football brésilien a régalé son public grâce à une nouvelle chorégraphie.

Les talents de danseur de Neymar ne sont plus à démontrer. Contre le Japon (victoire 3-0), le nouveau joueur du FC Barcelone (57 millions d’euros) a marqué un splendide but.Comme Ai Se Eu Te Pego
Le joyau du football brésilien a célébré son but d’une petite danse. Tous les médias se sont penchés sur la question suivante (comme ce fut le cas avec le désormais Ai Se Eu Te Pegode Michel Telo): mais où Neymar a-t-il trouvé cette chorégraphie?

Buzz
Selon les premières informations, le natif de Mogi das Cruzes a imité une danse d’un petit enfant haitien. Une vidéo que Neymar a d’abord vu sur internet. A son insu, ce dernier est en train de faire un tabac sur la toile. Le titre de la chanson reste encore un mystère.

Vidéo:

Le Brésil rassure en dominant le Japon 3 à 0

Source: Belga© getty.Le Brésil a parfaitement lancé « sa » Coupe des Confédérations, répétition générale de la Coupe du monde 2014, en battant le Japon 3 à 0 samedi à Brasilia (Groupe A).

© photo news.
© getty.
© getty.
© reuters.
© epa.

La Selaçao qui disputait son premier match dans une compétition officielle depuis son élimination en quart de finale de la Copa America 2011, a rapidement rassuré ses supporteurs en ouvrant la marque dès la 3e minute.

La star Neymar, nouvelle recrue du FC Barcelone, a fait littéralement exploser le stade Mané Garrincha sur une superbe demi volée en pleine lucarne.

Les Brésiliens, qui restaient sur une victoire probante contre la France (3-0) en match amical, dominaient largement les débats contre les champions d’Asie en titre.

Paulinho doublait la marque à la 48e min, validant ainsi une victoire très attendue par tout un pays inquiet alors que son équipe nationale peine à convaincre depuis plusieurs mois et même depuis le retour en novembre de Luiz Felipe Scolari, l’homme du cinquième titre mondial, en 2002.

Scolari a pu gérer la fin de rencontre en faisant sortir Neymar à vingt minutes du terme, en prévision du duel contre le Mexique le 19 juin à Fortaleza et surtout du choc contre l’Italie le 22 juin à Salvador.

Dans le temps additionnel, Jo inscrivait un 3e but pour donner encore plus d’éclat à cette première sortie réussie.

Dimanche, outre la deuxième rencontre du groupe A entre le Mexique et l’Italie à Rio de Janeiro, l’autre tête d’affiche du tournoi, l’Espagne, entre en lice.

Les champions du monde 2010 et doubles champion d’Europe en titre (2008, 2012) auront fort à faire face à l’Uruguay de Suarez.

Neymar a coûté au total 57 millions d’euros au Barça

Source: Belga© getty.

L’attaquant brésilien Neymar, recruté par le FC Barcelone pour cinq saisons en provenance du FC Santos, a coûté au total 57 millions d’euros au club catalan, a révélé le vice-président sportif du Barça, présent lundi au côté du joueur pour sa présentation à Barcelone.

« Le coût total de l’opération a été de 57 millions d’euros qui se répartissent entre plusieurs entreprises – DIS, Teisa (deux fonds d’investissement possédant des parts du joueur) et Santos », a détaillé Josep Maria Bartomeu au cours de la présentation de Neymar.

Le vice-président sportif du Barça a également spécifié qu’une partie de ces 57 millions d’euros irait à une entreprise de consulting sportif qui était intervenue dans le recrutement.

Bartomeu a en revanche refusé de détailler la répartition des 57 millions entre ces quatre parties, se disant tenu par « un accord de confidentialité ».

« Initialement, le club avait prévu que le transfert se situerait aux alentours de 40 millions d’euros et avait déjà versé 10 millions en acompte. Mais l’intervention d’autres clubs également intéressés a fait que l’opération a été un peu plus chère que prévue », a indiqué Bartomeu, confirmant que l’un de ces clubs était le Real Madrid.

Selon la presse espagnole, les Merengue avaient en effet proposé une offre supérieure de quelque 35 millions d’euros à Santos quand celle du Barça serait de 28.

La clause de cession du joueur de 21 ans se monte quant à elle à 190 millions d’euros.

« C’est un rêve d’enfant qui s’est réalisé pour moi »

A la question de savoir s’il avait hésité entre les deux offres concurrentes du Barça et du Real, Neymar a assuré avoir toujours eu « le coeur au Barça ».

« Ce sont deux grands clubs. Je me suis senti heureux de pouvoir intéresser ces deux grand clubs, mais mon coeur est au Barça », a expliqué Neymar, qui a ajouté que « Pelé (mythe du football réputé proche de Neymar) n’avait pas pesé dans sa décision ».

Beaucoup questionné sur la future compatibilité avec Messi, l’attaquant à la crête d’Iroquois n’a pas semblé inquiet.

« Je suis un des hommes les plus heureux du monde parce que je vais pouvoir jouer évoluer au côté du meilleur joueur du monde », a-t-il dit, assurant « avoir le sentiment qu’au Barça, il apprendrait beaucoup ».

« Evidemment que mon transfert représente un grand changement pour moi, mais je crois que je vais m’adapter rapidement et que je vais pouvoir produire mon jeu », a conclu le Brésilien, qui évoluera pour la première fois de sa carrière dans un championnat européen.

Neymar a choisi le Barça

Publié: 26 mai 2013 par t66000 dans Sport
Tags:, , , , ,

Neymar a choisi le Barça

Source: AFP© afp.

L’attaquant prodige brésilien Neymar qui avait reçu vendredi de son club de Santos un cadeau de luxe inouï –choisir à 21 ans entre le FC Barcelone de Lionel Messi et le Real Madrid de Cristiano Ronaldo– a décidé samedi de rejoindre la Catalogne.

« Lundi je signe mon contrat avec Barcelone. Je veux remercier les supporteurs de Santos pour ces neuf années incroyables », a écrit samedi soir le jeune footballeur du FC Santos, sur son compte Instagram. « Le FC Barcelone et le Santos FC ont trouvé un accord pour Neymar. L’attaquant brésilien revêtira le maillot Blaugrana au cours des cinq prochaines saisons », a indiqué le club catalan dans un communiqué publié dans la nuit sur son site internet.

Après des semaines de rumeurs et de tractations, le club mythique du « roi Pelé » avait annoncé vendredi soir qu’il acceptait de se séparer de son petit prince, dont le contrat courait jusqu’à l’été 2014. « Le Santos FC informe qu’il a reçu deux offres pour Neymar Silva Santos Junior.

Au vu de ces offres et des conditions du contrat du joueur, le Comité de direction du club a décidé de négocier son étoile », avait annoncé le club de Sao Paulo sur Twitter. Ce sera à Neymar et à son père « de décider laquelle des propositions ils vont choisir », avait ajouté le club à l’issue d’une réunion avec des représentants du Barça, dont le directeur du club catalan Raul Sanllehi.

« Gentleman agreement »
Santos n’avait mentionné aucun nom ni montant. Mais il ne faisait mystère pour aucun média brésilien ou espagnol que l’autre club sur les rangs était le Real Madrid, rival historique du Barça. « Neymar et le Barça avaient déjà un gentleman agreement », avait reconnu après la réunion le vice-président de Santos Odilio Rodrigues dans des déclarations à la presse. « Mais les deux offres sont bonnes et c’est le joueur qui va décider », avait-il ajouté.

« C’est le jour le plus heureux de ma vie, c’est une grande fierté » d’avoir à choisir entre deux clubs aussi prestigieux, avait déclaré Neymar aux journalistes. « Nous allons nous réunir en famille pour prendre la meilleure décision », avait assuré son père, qui avait exclu de négocier pendant la Coupe des confédérations qui se disputera du 15 au 30 juin au Brésil, en répétition miniature du Mondial-2014.

Selon des médias brésiliens et espagnol, le Real Madrid, en reconstruction après le départ de son entraîneur portugais José Mourinho, aurait fait une offre supérieure à celle du Barça, champion d’Espagne 2012-13 mais humilié en demi-finales de la Ligue des champions par les Allemands du Bayern Munich et trop dépendant du rendement de Messi.

« Nouveau Pelé »
Le site brésilien UOL affirme sans citer de source que le Real Madrid a offert 35 millions d’euros pour le transfert de Neymar, et un salaire annuel de 11 millions d’euros, contre les 28 millions pour le transfert et sept millions de salaire proposés pas le Barça.

L’attaquant brésilien penchait malgré tout pour Barcelone, selon la radio espagnole Cadena Ser, rarement prise en défaut sur le marché des transferts. Technique insolente, efficacité létale devant le but, l’attaquant à crête d’Iroquois a marqué 137 buts en 221 matches sous le maillot de Santos.

Logiquement, il est devenu rapidement la coqueluche du Brésil, qui a déposé sur sa tête juvénile la lourde couronne de « nouveau Pelé ». Neymar porte d’autant plus les espoirs du pays du ballon roi pour le Mondial-2014 que la Selaçao, cinq fois championne du Monde mais en pleine reconstruction et crise d’identité, pointe à la 19e place du classement mondial de la Fifa, la pire son histoire.

Lui-même n’a pas le même rendement en sélection qu’en club. Au point que beaucoup au Brésil, dont le champion du Monde 2002 et « Galactique » du Real Ronaldo, l’ont incité à s’exiler, pour progresser au contact des défenses intraitables du vieux continent. Et revenir aguerri dans un an pour soulever la coupe du Monde dans le temple carioca du Maracana, qui est au football ce que la Scala de Milan est à l’opéra. Le jeune attaquant jouera dimanche contre Flamengo son dernier match sous les couleurs de Santos.