Articles Tagués ‘Islam’

Le mythe de l’invasion arabo-musulmane

Publié: 17 septembre 2014 par gandibleux dans Actualités, EI, Israël / Palestine, Monde, Société, USA
Tags:

Le monde diplomatique: par Raphaël Liogier, mai 2014

La maison du maître d’école « vendue par la mairie et transformée en mosquée »… Ces propos — pour le moins approximatifs — tenus le 11 avril sur Europe 1 par le philosophe Alain Finkielkraut révèlent des fantasmes désormais très répandus. Notamment grâce à « Eurabia », paru en 2005.

A l’automne 1956, la France et le Royaume-Uni, alliés d’Israël, occupent pendant quelques jours le canal de Suez, récemment nationalisé par le président égyptien Gamal Abdel Nasser. Mais, sous la pression soviétique et américaine, ils sont contraints de se retirer. En réaction à cette attaque, Nasser décide d’expulser des milliers de Juifs d’Egypte. Parmi eux se trouve une jeune femme dont le regard sur le monde sera surdéterminé par le traumatisme de l’expatriation : Gisèle Orebi, devenue plus tard célèbre sous le nom de plume de Bat Ye’or (« fille du Nil » en hébreu), mettra au point la version la plus radicale du complot musulman contre l’Occident.

Après avoir « gangrené » le Vieux Continent, affirme-t-elle, la« civilisation arabo-musulmane » en fera la conquête. Cette prédiction apocalyptique constitue la trame du best-seller qu’elle publia aux Etats-Unis en 2005, après plusieurs décennies de maturation : Eurabia,traduit en hébreu, italien, néerlandais et français (Jean-Cyrille Godefroy, Paris, 2006). Le sous-titre, L’axe euro-arabe, renvoie aux « forces de l’Axe » coalisées autour de l’Allemagne nazie durant la seconde guerre mondiale. D’après Bat Ye’or, citée en référence dans le manifeste du tueur norvégien d’extrême droite Anders Behring Breivik, un monde arabo-musulman conquérant serait en passe de submerger une Europe décadente et cynique. Celle-ci aurait marchandé, en échange d’une pluie de pétrodollars, son soutien indéfectible à la Palestine, l’ouverture béante de ses frontières méditerranéennes et l’acceptation, in fine, de l’islamisation.

Ce scénario pour le moins grossier (1) a connu un succès inattendu, au point de devenir un argument majeur de l’extrême droite européenne. En France, la présidente du Front national (FN), Mme Marine Le Pen, ne cesse de fustiger l’« impérialisme islamiste », qui se manifeste selon elle par l’ampleur des investissements saoudiens et qataris à l’étranger, et l’« islamisation de l’Europe », visible à travers le port du foulard (2). Son conseiller aux affaires internationales, le géopolitiste Aymeric Chauprade, déclarait quant à lui, quelques mois après le début du « printemps arabe » : « En favorisant l’effondrement des régimes autoritaires qui formaient le dernier écran protecteur de l’Europe face à la misère africaine, nous avons libéré des énergies qui vont travailler au service de trois buts : davantage d’immigration vers l’Europe, davantage de trafics, davantage d’islamistes. » (Valeurs actuelles,25 septembre 2011.)

Initialement confinée à quelques groupes extrémistes (en France, le Bloc identitaire, Riposte laïque, l’Observatoire de l’islamisation, etc.), la thèse d’Eurabia s’est diffusée et banalisée. Les partis politiques qui la défendent obtiennent des scores honorables aux élections. En Suisse, elle est portée par l’Union démocratique du centre ; en Norvège, par le Parti du progrès ; en Autriche, par le Parti libéral ; outre-Manche, par le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni. Des intellectuels la promeuvent, certains explicitement, comme la journaliste italienne Oriana Fallaci (disparue en 2006), citée dès la première ligne du premier chapitre d’Eurabia, l’économiste allemand Thilo Sarrazin ou le romancier français Renaud Camus (3). Tous rencontrent de vifs succès en librairies.

Mais la vision de Bat Ye’or fait aussi vendre des journaux : on ne compte plus les « unes » de magazines consacrées à la « menace » musulmane. Quand L’Express met en scène le combat de « L’Occident face à l’islam » (6 octobre 2010) ou assène « Les vérités qui dérangent » sur l’islam (11 juin 2008), Le Point répond en agitant « Le spectre islamiste » (3 février 2011), promet de révéler « Ce qu’on ne dit pas sur la burqa » (21 janvier 2011) ou s’emporte face à « Cet islam sans gêne » (1er novembre 2012). Le Figaro Magazine, Valeurs actuelles, mais parfois aussi Marianne ou Le Nouvel Observateur n’ont pas des lignes très différentes (4).

Même des chercheurs sérieux dans leur domaine participent à la diffusion de la thèse d’Eurabia, tel l’historien Egon Flaig (5) en Allemagne. En France, la démographe Michèle Tribalat a signé une préface dithyrambique au livre à succès de Christopher Caldwell qui annonce l’effondrement d’une Europe vaincue par l’islam (6).

Existe-t-il vraiment une « menace arabo-musulmane » justifiant l’emballement médiatico-politique qu’Eurabia a contribué à provoquer ? Bat Ye’or affirme tout d’abord que les pétrodollars du Golfe permettent aux musulmans de « s’acheter » l’Europe — une émission de Canal Plus (20 mai 2013) s’intitulait « Qatar : conquérir le monde en quatre leçons ». Pourtant, si, en 2011, le Proche-Orient réalisait 22 % de ses exportations vers l’Europe et l’Amérique du Nord, il ne représentait que 5 % de celles de ces deux espaces (7). En d’autres termes, c’est l’Occident qui abreuve le Proche-Orient de ses devises, et non l’inverse.

Le volet « relations internationales » du scénario d’Eurabia n’est pas plus réaliste. Loin de se montrer complaisants à l’égard de la Palestine, les Etats européens sont de solides alliés d’Israël. Certes, comme le souligne avec insistance Bat Ye’or, ils ont voté pour la résolution 43/177 de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) en faveur de l’indépendance de la Palestine en 1988. Mais cent quatre nations ont alors fait de même — seuls les Etats-Unis et Israël ont voté contre.

Depuis, l’Union européenne ne s’est guère distinguée par son engagement pour la cause palestinienne, au contraire. Quand, en septembre 2011, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a remis au secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon une demande de reconnaissance de la Palestine par le Conseil de sécurité, le Royaume-Uni et la France se sont empressés de déclarer qu’ils s’abstiendraient (8).

A défaut d’être achetée par les monarchies du Golfe, l’Europe est-elle menacée par un déferlement de populations musulmanes ? Selon les estimations les plus hautes qui circulent sur Internet, l’Union européenne serait actuellement habitée, secrètement, par cinquante millions de musulmans, et ce nombre devrait doubler dans les vingt ou trente ans à venir. Ces chiffres ne sont pas inventés par des hurluberlus, mais lancés par des gens a priori crédibles, comme le journaliste canadien Mark Steyn, père de l’expression « génocide européen » et l’un des principaux propagateurs du mythe d’Eurabia en Amérique du Nord. Selon lui, les musulmans devraient constituer 40 % de la population européenne en 2020.

Sachant que cette communauté — entendue au sens large — représente actuellement entre 2,4 % et 3,2 % de la population de l’Union européenne (douze à seize millions de personnes), il faudrait, pour voir se réaliser les prédictions de Steyn, que ces pourcentages soient multipliés par quinze en dix ans. Une évolution possible, affirment les adeptes d’Eurabia, car des vagues de musulmans immigrent en Europe, puis s’y « reproduisent » de manière exceptionnelle et appliquent une stratégie de conversions de masse. Sur ces trois points, la réalité des chiffres contredit leurs arguments.

Les sociétés européennes connaissent en effet un taux d’accroissement migratoire stable depuis les années 1980. Il est de 1,1 ‰ en France, de 3 ‰ au Royaume-Uni et de — 0,7 ‰ en Allemagne (chiffres de 2009). Seuls trois pays à majorité musulmane, le Maroc, la Turquie et l’Albanie, figurent parmi les dix premières communautés d’immigrants installés dans l’Union (9). De plus, les musulmans ne procréent pas davantage que les autres. Dans la plupart des pays musulmans, le taux de natalité est très proche de ceux observés dans les Etats occidentaux, et parfois même plus bas, comme en Iran (10). Et le taux de fécondité des femmes musulmanes installées en Europe connaît une baisse continue depuis les années 1970, jusqu’à rejoindre celui de la population générale au début des années 2000 (11).

Restent les conversions. Le 4 janvier 2011, le quotidien The Independentalertait ses lecteurs sur un risque d’« islamisation du Royaume-Uni »,car le nombre de convertis avait doublé depuis dix ans, passant de cinquante mille à cent mille personnes entre 2001 et 2011 (pour une population totale de soixante millions d’habitants). Une personne sur six cents serait convertie à l’islam ; à un rythme de cinq mille conversions par an (à peine plus qu’en France ou en Allemagne), il faudrait six mille ans pour que le Royaume-Uni devienne un pays à majorité musulmane.

Une « invasion » très lente, donc, surtout quand on la compare à la croissance étourdissante des conversions au christianisme évangélique et pentecôtiste dans le monde, par exemple en Chine et en Afrique : dix mille par jour (12) ! Il s’agit de la plus rapide progression religieuse de l’histoire — de zéro à cinq cents millions d’adeptes en moins d’un siècle —, mais peu de médias s’alarment de l’« évangélisation du monde »…

En dépit de son caractère fantaisiste, l’influence du scénario d’Eurabiane cesse de croître. L’ombre du complot musulman alimente une nouvelle logique de défense culturelle : défense des « valeurs » et du « mode de vie » des peuples européens « de souche » menacés par l’ensemble des minorités ethnoculturelles dont les musulmans représentent la quintessence idéale et terrifiante. Grâce au mythe d’Eurabia, des partis européens objectivement situés à l’extrême droite peuvent prétendre dépasser la distinction droite-gauche. Et se présenter, en falsifiant ces valeurs, comme des défenseurs du progrès, de la liberté, de la démocratie, de l’indépendance, de la tolérance, de la laïcité, séduisant ainsi au-delà de leur périmètre électoral habituel.

Publicités

L’abattage rituel en question au Royaume-Uni

Publié: 7 mars 2014 par gandibleux dans Actualités, Europe, Monde
Tags:

Selon le président de l'Association britannique des vétérinaires, l'égorgement provoque « cinq ou six secondes de douleur » aux animaux.Le Monde.fr avec AFP | 06.03.2014 à 13h36

Le président de l’Association britannique des vétérinaires s’est prononcé jeudi en faveur d’un encadrement plus strict de l’abattage rituel halal et casher en proposant d’interdire l’égorgement des bêtes sans étourdissement préalable.

Fraîchement élu à la tête d’une association qui compte plus de 14 000 membres, John Blackwell a estimé dans une interview au Times que ces pratiques religieuses juives et musulmanes causaient des souffrances inutiles et qu’elles devaient être adoucies.

Selon M. Blackwell, l’égorgement provoque « cinq ou six secondes de douleur »aux animaux. Il a ajouté que les moutons pouvaient garder conscience jusqu’à sept secondes après l’égorgement et le bétail jusqu’à deux minutes.

Il a cité l’exemple du Danemark, qui vient d’interdire l’abattage des bêtes sans étourdissement préalable. Une décision « uniquement prise en fonction du bien-être des animaux, ce qui est juste », a-t-il estimé. « Nous devrions prendre le même chemin », a-t-il ajouté dans un appel du pied au gouvernement britannique.

Sa proposition a été fraîchement accueillie par les communautés concernées et a été qualifiée de « fallacieuse » par Jonathan Arkush, vice-président du Board of Deputies of British Jews, représentant les institutions juives. Selon le Times, plus de 600 000 animaux sont abattus toutes les semaines selon le rite halal et casher en Grande-Bretagne.

La Fête musulmane du sacrifice aura lieu le 15 octobre

© photo news.

La Fête musulmane du sacrifice (« Aïd El Adha ») aura lieu cette année le mardi 15 octobre, a annoncé dimanche le président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique, Ugurlu Semsettin, sur le site internet de l’EMB.

La célébration, qui implique le sacrifice d’un animal, commémore la soumission à Dieu du prophète Abraham, commun aux trois grandes religions monothéistes. Elle symbolise l’acte avorté d’Abraham lorsque celui-ci accepta d’égorger son unique fils sur ordre de Dieu. Avant que le prophète n’exécute l’ordre divin, Dieu envoie un bélier qui se substitue au dernier moment à l’enfant pour servir d’offrande.

La Fête du sacrifice marque par ailleurs la fin du pèlerinage à la ville sainte de la Mecque (Arabie saoudite), que tout musulman qui en est capable physiquement et financièrement, doit effectuer au moins une fois dans son existence.

Les 700.000 musulmans de Belgique entameront donc la Fête du sacrifice mardi.

Israël condamne la circoncision religieuse

Source: Belga© photo news.

Israël a condamné vendredi une résolution du Conseil de l’Europe définissant la circoncision des garçons pour motifs religieux, pratiquée dans le judaïsme et l’islam, comme une « violation de l’intégrité physique ».

« Israël appelle le Conseil à revenir immédiatement sur cette résolution », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a adopté mardi (par 78 voix pour, 13, contre, 15 absentions) une résolution invitant les États membres à prendre des mesures contre les « violations de l’intégrité physique des enfants ».

Elle appelle à « condamner publiquement les pratiques les plus préjudiciables, comme les mutilations génitales féminines (excision, NDLR) et adopter la législation les interdisant », ainsi qu’à « définir clairement les conditions médicales, sanitaires et autres à respecter s’agissant des pratiques qui sont aujourd’hui largement répandues dans certaines communautés religieuses, telle que la circoncision, non médicalement justifiée, des jeunes garçons ».

Rappelant que la circoncision est une tradition ancienne dans le judaïsme, l’islam et une partie de la chrétienté, le ministère israélien des Affaires étrangères affirme que cette résolution « alimente les tendances racistes et haineuses en Europe ».

« Toute comparaison de cette tradition avec la pratique barbare et condamnable de la mutilation génitale féminine relève au mieux d’une ignorance profonde et au pire de la diffamation et de la haine anti-religieuse », estime-t-il, soulignant les bénéfices médicaux scientifiquement reconnus à la circoncision.

La résolution recommande d' »adopter des dispositions juridiques spécifiques pour que certaines interventions et pratiques ne soient pas réalisées avant qu’un enfant soit en âge d’être consulté ».

Chez les juifs et les musulmans, la circoncision est en général pratiquée dans la semaine qui suit la naissance.

« Je n’ai rien contre ce pays qu’est l’islam »

Capture d’écran. © Youtube.

Détrompez-vous. Il ne s’agit pas d’une énième approximation sortie d’un confessionnal de téléréalité, mais bien de la bouche d’une candidate aux élections législatives australiennes.

Devenir politicien ne s’improvise pas. Stephanie Banister, une candidate de 27 ans, l’a appris à ses dépens au cours d’une interview accordée mercredi à la chaîne australienne 7News.

Membre du parti nationaliste One nation, Banister est candidate aux législatives du 7 septembre prochain et espère briguer un siège
au Parlement de son pays. Un dessein qui risque d’être contrarié vu ses lacunes dans de nombreuses matières, notamment en matière de  religion, pourtant au centre de ses préoccupations politiques. « Je ne suis pas opposée à l’islam en tant que pays, mais je pense que ses lois ne devraient pas être bienvenues, ici, en Australie », a lancé celle que l’on surnomme la candidate controversée.

La suite? Une grosse soupe entre les terminologies Halal, Haram -son contraire- et Coran. Car, si elle souhaite interdire l’alimentation halal, c’est parce que « moins de 2% des Australiens suivent les préceptes du haram ». Lisez Coran. La nationaliste avait récemment défrayé la chronique, lors d’une action menée dans un supermarché pour bannir la nourriture halal qu’elle accusait de provoquer le terrorisme.

Remember Sarah Palin
Par contre, Stéphanie Banister ne semble rien reprocher aux Juifs, car « ils n’ont pas le « haram », ils ont leur propre religion; ils suivent… Jésus Christ ». Quant à ses positions sur les mesures sociales favorables aux personnes handicapées (NDIS), elle considère qu’elles fonctionnent bien actuellement. Or, la journaliste précise qu’elles ne seront d’applications qu’à partir de 2016. Confrontée à ses absurdités, cette mère de deux enfants a prétendu s’être reprise, mais a prétendu que cela avait été coupé au montage. « Malheureusement, ils ont complètement déformé mes propos et  m’ont faite passer pour une criminelle et une vraie idiote », reprend le HuffPost.

Une justification loin de convaincre les Australiens, qui n’ont pas manqué de moquer ses propos sur les réseaux sociaux.  Un faux-compte Twitter a même été ouvert et compile ses gaffes. L’un des messages postés est un clin d’oeil à Sarah Palin, à qui elle est comparée. « De ma fenêtre, je vois l’islam », a écrit l’un des gestionnaires du compte, référence à la célèbre phrase de l’ex candidate à la vice-présidence des Etats-Unis en 2008 qui avait dit pouvoir voir la Russie depuis les fenêtres de sa maison en Alaska.

L’Arabie menace d’expulser les étrangers ne respectant pas le ramadan

Source: Belga© thinkstock.

Les autorités saoudiennes ont menacé mardi d’expulser les expatriés non musulmans qui boivent, mangent ou fument en public durant le ramadan, le mois de jeûne musulman qui commence mercredi.

« Les résidents non musulmans dans le pays doivent respecter les sentiments des musulmans en s’abstenant de manger, boire ou fumer sur les places publiques, dans la rue ou sur le lieu de travail » durant le jeûne du ramadan, a annoncé le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

« Les contrevenants feront l’objet de mesures radicales, dont la rupture du contrat de travail et l’expulsion du royaume », a ajouté le ministère, indiquant que « les compagnies, les sociétés et les individus sont tenus d’en informer leurs employés ».

L’Arabie saoudite, un riche pays pétrolier qui applique une version rigoriste de l’islam, compte quelque 8 millions d’étrangers, en majorité d’origine asiatique, sur une population totale de 27 millions d’habitants.

Pendant le ramadan, les croyants s’abstiennent de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles, du lever jusqu’au coucher du soleil.

Le ramadan est sacré pour les musulmans car c’est le mois pendant lequel le Coran a été révélé au prophète Mahomet, selon la tradition.

Son record non homologué pour non-respect de la sharia

© Capture d’écran.

Elham Asghari, une nageuse professionnelle iranienne, est détentrice du record des 20 km brasse en eau libre (dans la Mer Caspienne). Seulement, le régime de Téhéran refuse de l’homologuer sous prétexte qu’elle n’a pas respecté le code vestimentaire imposé par la sharia, la loi islamique.

« La coutume d’Elham Asghari, même en accord avec l’islam, n’est pas acceptable et l’enregistrement de ce record est contre l’islam et le droit », explique un représentant du gouvernement iranien.

« La natation n’est pas uniquement destiné aux hommes »
Dans une vidéo You-Tube, la jeune femme crie son indignation et appelle au soutien de tous. « Je portais une tenue adéquate quand j’ai établi ce record. De plus, j’ai nagé à partir d’une plage pour femmes, aucun homme n’étant dans les parages », explique-t-elle.

« Sept personnes ont été témoin de ce record. Des personnes qui ne savent même pas nager 20 mètres se prononcent sur mon record. J’ai passé des jours et nuit pénibles. Je ne peux y croire. En tout cas, je refuse de me soumettre à ces pressions et j’espère que vous pensez la même chose. La natation n’est pas uniquement un sport destiné aux hommes », termine-t-elle.

Arrestation de 4 adolescents après l’incendie d’un pensionnat islamique

Source: Belga© afp.

Quatre adolescents ont été interpellés dans l’enquête sur l' »incendie criminel » d’un pensionnat islamique dans la banlieue de Londres, a annoncé lundi la police, dans un contexte d’augmentation des attaques visant les musulmans depuis le meurtre d’un soldat.

Quatre personnes, deux âgées de 17 ans et deux de 18 ans, ont été « arrêtées dimanche soir, soupçonnées de l’incendie criminel » ayant visé l’école islamique Darul Uloom, à Chislehurst, dans le sud-est de Londres.

Les adolescents ont ensuite été libérés sous caution.

Les 128 élèves et membres du personnel présents dans l’établissement au moment de l’incendie samedi soir avaient été évacués, et deux personnes soignées sur place après avoir inhalé de la fumée. L’incendie, considéré comme « suspect » par la police, a provoqué des dégâts mineurs, et l’établissement a rouvert ses portes dimanche.

La police estime que cet acte criminel pourrait être lié au meurtre du soldat Lee Rigby, poignardé en pleine rue à Londres le 22 mai. Deux Britanniques d’origine nigériane convertis à l’islam ont été inculpés de ce meurtre.

C’était le deuxième incendie ayant visé la communauté musulmane enregistré à Londres en moins d’une semaine. Mercredi, un centre communautaire somalien avait été totalement détruit par un incendie criminel dans le nord de la capitale, sans faire de victimes.

Entretien: Dorian de Meeûs

 

Mis en ligne le 07/06/2013

 

« Je comprends très bien que les Européens ne comprennent pas pourquoi l’on ne réagit pas. »

 

« Agissons avant qu’il ne soit trop tard », tel est l’appel lancé par Hassem Chalghoumi, imam de la mosquée de Drancy. Celui qui est aussi le Président de la Conférence des imams de France prône une offensive contre les intégristes islamistes et un dialogue inter-religieux entre musulmans et juifs. LaLibre.be s’est entretenue avec celui qui fait l’objet de menaces de mort et de nombreuses critiques au sein de sa propre communauté.

Votre livre d’entretien avec David Pujadas s’intitule « Agissons avant qu’il ne soit trop tard ». Trop tard pour quoi ?

Trop tard pour Merah. Trop tard pour les attaques sur des militaires à Londres et Paris. Trop tard face à la montée des intégristes. Trop tard pour nos jeunes Belges et Français qui apprennent à manier des armes et à se battre avec les intégristes en Syrie. Trop tard pour ceux qui se battent contre l’armée française au Mali,… On commence à en voir 100, 200, 300,… je crains que demain, ils soient 100.000 !

Votre discours appelant à s’opposer aux intégrismes musulmans est considéré comme ‘courageux’ par de nombreuses personnalités françaises et internationales. Vous sentez vous courageux dans cette démarche ?

Je ne pense pas que ce soit du courage. Le contexte actuel et la réalité de terrain exigent que l’on fasse cela, il y a beaucoup trop d’amalgames entre Islam et intégrisme. D’ailleurs, je comprends très bien que les Européens, Français et Belges ne comprennent pas pourquoi l’on ne réagit pas, pourquoi la majorité silencieuse ne s’exprime pas. Ce n’est plus une question de courage, mais un devoir de protection de notre avenir et de nos enfants.

Les musulmans modérés ou progressistes se sentent menacés ?

Oui et je le comprends, j’ai été agressé physiquement et menacé de mort plusieurs fois, les fanatiques sont entrés chez moi et ont tout cassé, entrent dans ma mosquée, appellent au meurtre sur Internet,… Mais c’est le prix à payer pour s’opposer à cette minorité. Les musulmans modérés sont trop discrets, ils veulent même éviter d’en parler. Ils en font un sujet tabou. Moi, je leur dis que la menace du rejet et du racisme est aussi réelle que celle de l’intégrisme, il faut donc oser parler sans langue de bois et n’avoir peur que de Dieu.

Comment vivez-vous le fait d’être musulman et menacé par des intégristes de votre communauté religieuse ?

Je suis évidemment déçu. En vérité, jamais dans ma vie je n’avais imaginé que je courrais autant de risques pour avoir simplement tendu la main aux Juifs. Pour moi l’Europe, c’est justement pouvoir exprimer ses pensées sans prendre de risques. Sur le terrain, ce n’est pas la réalité. Dans certains quartiers, il y a un décalage énorme entre valeurs européennes et réalité. Ces jeunes sont ignorants et donc facilement récupérable par des discours ou des sites internet. Mais dans l’histoire de l’Islam, on a déjà eu des musulmans modérés assassiné par d’autres musulmans. Ce n’est pas nouveau. Une minorité essaye de détruire l’autre au nom de la ‘Vérité’.

Au sein des imams de France, vous ne vous sentez pas un peu seul à tenir un tel discours fort ?

Non, j’ai créé la Conférence des imams de France qui compte environ 130 imams. Nombreux sont ceux qui sont venus avec moi en Israël ou se sont prononcés contre le voile intégral. Mais tous n’ont pas les mêmes capacités de résistance à tant d’attaques et de menaces. Même s’ils sont courageux, ils ne veulent pas tous d’une protection policière 24h/24. Nous disons ensemble aux musulmans qu’il ne faut pas avoir peur de vivre sa religion dans les valeurs européennes et françaises. Nous sommes derrière vous et personne ne vous empêchera de vivre ainsi. Eux aussi ont besoin de ce soutien.

Les sites intégristes vous accusent de ne pas être l’imam de Drancy et de ne pas être légitime pour les représenter.

Je leur réponds qu’en effet – et malheureusement pour eux – je ne suis pas l’imam qui prêche leurs paroles. Si j’appelais au jihad, au meurtre, à la haine, à la destruction de nos valeurs, à s’opposer les uns aux autres, alors là, je serais le meilleur imam au monde à leurs yeux. Vu que je ne prêche pas la haine, effectivement, je ne suis pas ‘leur’ imam. Je suis l’imam des modérés et de la majorité qui n’a rien à voir avec ces intégristes. Mais ces sites internet de désinformation recrutent énormément de jeunes… C’est une catastrophe !

Qui peut éviter que cette ‘catastrophe’ se poursuive ?

Je renvoie la responsabilité vers nos politiques, nos dirigeants européens et notre président. Pourquoi bougent-ils pour sauver Benghazi, le Mali, les civils syriens,… alors que nous, citoyens européens, sommes menacés par ces sites internet. Ils doivent faire le nécessaire pour nous protéger, fermer ces sites, chercher et poursuivre ces intégristes qui sont en train de recruter et créer des Merah.

Vous êtes invité lundi au Parlement belge par le député Denis Ducarme (MR), mais comment les non-musulmans peuvent-ils vous épauler dans votre démarche ?

Je rencontre cette semaine aussi le pape François pour lui dire que l’Europe est une terre chrétienne et qu’il faut nous protéger en tant que citoyens, voisins et amis face à l’intégrisme. Le racisme se nourrit de l’intégrisme. C’est une réalité, on ne peut les dissocier. Il faut donc rejeter l’intégrisme et soutenir les modérés.

Vous dites « les fanatiques doivent rentrer chez eux », mais il y a de plus en plus de convertis belges et français…

Si vous êtes pour la charia et contre nos valeurs, partez ! Allez trouver des compagnons de votre idéologie ailleurs. Allez ailleurs ! Allez ailleurs et ne détruisez pas notre ‘vivre ensemble’. Ne gâchez pas notre bonheur ! Le phénomène des convertis est très grave, ils basculent très souvent à l’extrême. Ils ne recherchent pas la religion par amour, mais pour la haine et la vengeance de l’autre. Ils ne se convertissent pas en réalité. Les responsables musulmans de chaque pays doivent suivre chaque converti de près, c’est primordial si l’on veut éviter qu’il tombe entre les mains de ceux qui prêchent la haine et la barbarie.

Que dites-vous à ceux qui ne font pas la différence entre musulmans et pointent du doigt la violence qui serait, disent-ils, inhérente au Coran ?

Je dis NON. Ne luttons pas contre l’extrême avec l’extrême. Le Coran, on le traduit comme on veut et à sa manière. On peut dire la même chose de la Torah et de la Bible. Ce sont des textes à interpréter dans la foi, l’humanisme et le respect de l’autre. Certains, les traduiront avec un dictionnaire de haine et de combat. Le mot jihad, cela ne signifie pas le combat mais l’effort et l’amour. Je peux vous montrer les versets qui indiquent cela. C’est pour éviter cette dérive que je demande aux politiques d’avoir et de développer un islam européen avec la formation d’imams européens qui auront un respect des valeurs qui sont les nôtres : la patrie, l’amitié et le respect des autres. Pourquoi accepte-t-on l’ingérence étrangère du Qatar ? A un moment donné, on paiera tous le prix de ce vide et de cette absence de prise en mains par nos politiques.

 

Entretien : Dorian de Meeûs

Le chef d’Al-Qaïda appelle les jihadistes à lutter contre les Américains en Syrie

Source: Belga© epa.

Le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a appelé les groupes jihadistes en Syrie à s’unir pour prévenir la mise en place à Damas d’un gouvernement à la solde des États-Unis, dans un message audio mis en ligne jeudi.

« Unissez-vous, entendez-vous et engagez-vous à ne pas déposer les armes et à ne pas quitter vos tranchées jusqu’à l’établissement au Levant d’un État islamique qui oeuvrera pour le rétablissement du califat », lance le chef d’Al-Qaïda à l’adresse des jihadistes qui combattent dans les rangs rebelles en Syrie et sont divisés en plusieurs factions rivales.

Dans son message diffusé sur des sites islamistes, il prévient les jihadistes que « les États-Unis, leurs acolytes et leurs alliés veulent que vous sacrifiez votre sang,(…) pour provoquer la chute du régime alaouite criminel (d’Assad), puis installer un gouvernement à leur solde qui préservera la sécurité d’Israël ».

« Le jihad au Levant oeuvre pour l’établissement d’un califat islamique combattant qui poursuivra les sacrifices (…) jusqu’à ce que la bannière du jihad et de l’islam soit hissée (…) à Jérusalem », poursuit le numéro un d’Al-Qaïda dans son message, intitulé « 65 ans après la création de l’État d’Israël », en mai 1948.

« Votre louable jihad redonne l’espoir de récupérer la Palestine, 65 ans après qu’elle nous a été spoliée », dit-il encore à l’adresse des « lions de l’islam ».