EVO MORALES

evo_moralesLe 18 décembre 2005, un tremblement de terre politique secoue les Andes. Juan Evo Morales Ayma, paysan d’origine amayra accède à la présidence de la République de Bolivie par 53, 7 % des voix. Cette majorité absolue le propulse directement à la tête de l’Etat, sans avoir à attendre les tergiversations du Congrès qui se charge, d’après la Constitution, de départager les deux candidats en ballottage. La victoire est donc sans appel. Evo Morales devient le premier descendant d’un peuple originaire à accéder à la plus haute fonction institutionnelle d’un Etat latino-américain. Elu sur un programme « ethno nationaliste », le leader syndical des producteurs de coca (« los cocaleros ») initie depuis le « Palacio Quemado » (le Palais Brûlé ou l’Elysée bolivien) une politique en contradiction ouverte avec le conservatisme ou la tradition néo-libérale de ses prédécesseurs. La nationalisation des ressources naturelles (et notamment du gaz), le lancement d’une réforme agraire, l’alliance avec les pays réputés anti-impérialistes de la planète, tels le Vénézuela de Hugo Chavez, le Cuba des castristes, ou encore la Libye de Kadhafi, lui valent la réprobation de l’élite « cruceña » (originaire de la région de Santa Cruz, locomotive économique du pays) et celle non moins vivace des Etats-Unis. L’administration Bush n’a pas ainsi hésité à ajouter la Bolivie à son Axe du Mal…

Bibliographie: http://www.opalc.org/damien/index.php?post/2009/04/16/Evo-Morales-le-paysan-devenu-President

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s