Psychologie sociale

Le Jeu de la mort est un documentaire coproduit par France Télévisions et la Radio télévision suisse en 2009 et mettant en scène un faux jeu télévisé (La Zone Xtrême) durant lequel un candidat doit envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes à un autre candidat, jusqu’à des tensions pouvant entraîner la mort.

La mise en scène reproduit l’expérience de Milgram réalisée initialement aux États-Unis dans les années 1960 pour étudier l’influence de l’autorité sur l’obéissance : les décharges électriques sont fictives, un acteur feignant de les subir, et l’objectif est de tester la capacité à désobéir du candidat qui inflige ce traitement et qui n’est pas au courant de l’expérience.

La différence notable avec l’expérience originelle est que l’autorité scientifique est remplacée par une présentatrice de télévisionTania Young.

 

L’expérience de Stanford (Effet Lucifer) est une étude de psychologie expérimentale menée par Philip Zimbardo en 1971 sur les effets de la situation carcérale. Elle fut réalisée avec des étudiants qui jouaient des rôles de gardiens et de prisonniers. Elle visait à étudier le comportement de personnes ordinaires dans un tel contexte et eut pour effet de montrer que c’était la situation plutôt que la personnalité des participants qui était à l’origine de comportements parfois à l’opposé des valeurs professées par les participants avant le début de l’étude. Les 18 sujets avaient été sélectionnés pour leur stabilité et leur maturité, et leurs rôles respectifs de gardiens ou de prisonniers leur avaient été assignés ostensiblement aléatoirement. En d’autres termes, chaque participant savait que l’attribution des rôles n’était que le simple fruit du hasard et non pas de prédispositions psychologiques ou physiques quelconques. Un gardien aurait très bien pu être prisonnier, et vice-versa.

Les prisonniers et les gardes se sont rapidement adaptés aux rôles qu’on leur avait assignés, dépassant les limites de ce qui avait été prévu et conduisant à des situations réellement dangereuses et psychologiquement dommageables. L’une des conclusions de l’étude est qu’un tiers des gardiens fit preuve de comportements sadiques, tandis que de nombreux prisonniers furent traumatisés émotionellement, deux d’entre eux ayant même dû être retirés de l’expérience avant la fin[1].

Malgré la dégradation des conditions et la perte de contrôle de l’expérience, une seule personne (Christina Maslach) parmi les cinquante participants directs et indirects de l’étude s’opposa à la poursuite de l’expérience pour des raisons morales. C’est grâce à celle-ci que le professeur Zimbardo prit conscience de la situation et fit arrêter l’expérience au bout de six jours, au lieu des deux semaines initialement prévues[1].

Les problèmes éthiques soulevés par cette expérience la rapprochent de l’expérience de Milgram, menée en 1963 à l’Université Yale par Stanley Milgram, un ancien camarade de classe de Zimbardo au lycée.

Conclusions : 
L’expérience de Stanford s’est terminée le 20 août 1971. Le résultat de l’expérience a été utilisé comme argument pour démontrer l’impressionnabilité et l’obéissance des gens en présence d’une idéologie légitime et d’un support institutionnel et social.

En psychologie, les résultats de l’expérience sont censés étayer la thèse d’un comportement en fonction des situations et non des prédispositions (notamment génétiques) des individus. En d’autres termes, il semble que la situation provoque le comportement des participants plus que quoi que ce soit d’inhérent à leur personnalité individuelle. En ce sens, les résultats de l’expérience corroborent ceux de la célèbre expérience de Milgram, dans laquelle des gens ordinaires administraient, sous l’ordre d’un professeur, ce qui leur était présenté comme des chocs électriques dangereux à un complice des expérimentateurs.

Peu après que l’étude eut été terminée, de sanglantes révoltes éclatèrent à la fois dans la Prison d’État de San Quentin et d’Attica (Émeutes de la prison d’Attica), et Zimbardo présenta ses résultats à la commission américaine sur la justice.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s