Hip-Hop

LA FOUINE: Du ferme

VINZ: « ANDERLECHT »

SEFYU: Suis je le gardien de mon frère?

STROMAE/SPN: Faut que t’arrêtes le rap

 

Paroles: Soprano: »Hiro »

J’aurais aimé voyager à travers le temps (x2)

Si j’avais eu le pouvoir de Hiro Nakamura
Je serais parti revivre la naissance de Lenny et d’Inaya
J’aurais été à Sanaa Boycotter le décollage de l’A310 de la Yemenia
J’aurais été voir mon grand-père une dernière fois
Dire que je m’occupe de sa fille, qu’il ne s’inquiète pas
Je serais parti voir Martin Luther King
Après son discours, lui montrer la photo de Barack Obama
J’aurais été au temple d’Harlem
Pousser Malcolm de la scène avant qu’une balle l’atteigne
J’aurais été dans la cellule de Mandela Pour lui dire ‘tiens l’coup, tes idées seront président du Sud-Africa
Amoureux de lady Diana,
J’aurais créé un gigantesque bouchon sous le pont de l’Alma
J’aurais été aux Bahamas
Pas pour les vacances mais pour vider la soute de l’avion d’Aaliyah

J’aurais aimé voyager à travers le temps (x3)

Si j’avais eu le pouvoir de Hiro Nakamura
J’aurais été au combat de Mohamed Ali à Kinshasa
Puis, j’aurais été fêter l’indépendance de mes Commores
Dans les bras de mon grand-père avant sa mort
Puis,un p’tit tour au Paris-Dakar en pleine savane
Pour boycotter l’hélico de Daniel Balavoine
Moi qui aime les vérités de ceux qui portent un nez rouge
J’aurais été crever les pneus d’la moto à Coluche
J’aurais été accueillir Mahomet à Médine
Puis aller voir la Mer Rouge, laisser passer Moïse
J’aurais été à la naissance du fils à Marie
Deux heures après, faire la marche du sel avec Gandhi
J’aurais été m’asseoir auprès de Rosa Parks
Puis à Woodstock pour vivre un live de Jimy Hendrix
J’aurais été à l’anniversaire de la Motown
Pour aller voir Mickael nous faire le moonwalk

J’aurais été à New-York
Pour déclencher à 7h une alerte à la bombe dans les 2 tours
J’aurais été en Irak
Apprendre aux journalistes à mieux viser avec leur chaussure
J’aurais été en Afghanistan
Jeter les caméras de la dernière interview du commandant Massoud
J’aurais été en Angola
Pour aller dire à l’équipe d’Adebayor de ne pas prendre la route
J’aurais été à Clichy-sous-Bois
Débrancher le transpo d’EDF avant que Zyed et Bouna arrivent
J’aurais été chez Kunta Kinte ou sur Gorée
Pour leur donner des fusils avant que les colons arrivent
J’aurais été voir les tirailleurs africains
Pour leur dire qu’on traite leurs enfants de sales immigrés
J’aurais été en Autriche,
J’aurais tout fait pour que les parents d’Adolf Hitler ne se rencontrent jamais

Même si j’avais eu le pouvoir de Nakamura
Qu’aurais-je pu pour Haïti, le tsunami ou Katrina ?
Qu’aurais-je pu pour l’Alaska ?
Tout c’que la nature nous a donné
La nature le reprendra
Tellement d’choses que j’aurais voulu changer ou voulu vivre
Tellement d’choses que j’aurais voulu effacer ou revivre
Mais, tout cela est impossible ami
Donc j’inspire un grand coup et je souffle sur ma 30ème bougie…

J’aurais aimé voyager à travers le temps
Mais on ne peut vivre que le présent
On ne peut vivre que le présent

IAM: « La fin de leur monde »

Paroles La Fin de leur Monde

Regarde ma terre en pleure
Mais les choses ici prennent une telle ampleur
Les fils partent avant les pères, y a trop de mères en sueur
Quand les fusils de la bêtise chantent le même air en cœur
Le mangeur d’âme à chaque repas s’abreuve de nos rancœurs
Je l’entends toutes les nuits, las des fantômes qui la hantent,
Las de leurs complaintes,tellement que des fois elle en tremble
Par le sang de la haine, constamment ensemencée,au pas cadencé, Quand ce dernier chasse le vent hors des plaines
Rien n’a changé depuis, où je vis, Juifs, Catholiques,
Musulmans, noirs ou blancs, fermez vos gueules, vous faites bien trop de bruit
Comme ces orages dont l’eau se mêle à nos larmes,
Et leurs chocs sur le sol aride dont l’uranium à voler l’âme
Je veux pas d’une ville aux cimetières plus grand que la surface habitable
Même si paraît que de l’autre coté tout est plus calme, plus stable
Je veux pas qu’après le jour J, les survivants survivent sous le néon,
Trop proches du néant, car le soleil les prive de rayons
Les artères pleines d’amer comme un caddy au Géant,
On charge, on charge, à la sortie c’est tout dans les dents
J’crois que c’est dans l’ère du temps, chacun cherche son bouque émissaire
Ouais, d’une simple vie ratée à l’envoi d’une bombe nucléaire
L’amour manque d’air dans leur monde, nous on suffoque, tout ce qu’on supporte,
Ca pressurise, et c’est les psys qui vont exorciser,
Que quelqu’un me dise,si j’ai des chances de voir enfin la paix exigée.
Qu’un jour les abrutis s’instruisent,
Perché sur ma plume, j’attends c’ moment observe ce bordel
De petites flammes montées au ciel, pour elle j’ai saigné ce gospel
« Héra » se barre à tire d’ailes; las de la sève qu’on tire d’elle
On clame tous ce qu’on l’aime, mais aucun de nous n’est fidèle
Jalousie et convoitise, se roulent de grosses pelles
Quand les problèmes viennent, on règle ça à coup de grosses pêches
Et pendant ce temps là, certains amassent des sous par grosses bennes
Devine qui est ce qui creuse mais avec des plus grosses pelles
Quand est ce qu’on y arrive, là où le bonheur désaltère
Mon futur se construit, sans cris, sans mecs à terre,
Ni de centrale en fuite rien sur le compteur Gegere
Et finalement conscient qu’ici, on est que locataire
Tu parle d’une location, regarde un peu ce qu’on en a fait
Quand le vieux fera l’état des lieux, on fera une croix sur la caution
On aurait du le rendre comme on nous l’a donné,
Clean, sans taches, et innocent comme un nouveau né,
Seulement les nôtres meurent de faim en Afrique
Et y a pas assez de fric pour eux
Alors la dalle faudra la tempérer
Les hommes tombent sous les rafales racistes,
Mais on peut rien pour eux,
Alors les balles faudra les éviter
Le cul devant la télé, occupé à rêver,
le doigt poser sur la commande, on se sent exister
On râle, on gueule, on vote, espérant que ça va changer
Mais dresse tes barricades et tu les verra tous hésiter
Garni d’incompréhension et de stèles géantes,
Le globe rêve de compassion et de bourgeons renaissant sur ses branches
Les mêmes qu’on laissera crever un soir de décembre, dans le silence,
Juste un bout de carton pour s’étendre,
Tout le monde à ses chances, de quelle planète vient celui qu’à dit ça ?
Un homme politique, je crois, live de Bora Bora
Pendant que les foyers subissent, façon tora tora,
Mais bon c’est bien trop bas, alors forcément il ne nous voit pas
Parole et paroles et paroles, ils ont promis monts et merveilles,
Mais les merveilles se sont envolées,
Il reste que des monts, mais c’est raide à grimper
Et au sommet, y a que des démons en costumes cendrés
Et en bas, c’est les jeux du cirque, César Avé
Parce qu’on va se faire bouffer par des fauves qu’ils ont dressés
On note une sévère chute de sang sur la map, une montée d’air noir
Un jour on payera cher pour une bouffée d’air pur
Ici c’est chacun sa culture, chacun son racisme
Seulement sur fond blanc, c’est le noir qui reste la meilleure cible
Les temps changent c’est sur, mais y a toujours des irascibles
Ils ont le bonjour d’Henry, d’Arron, Mormeck ou Zinédine
A l’heure où les gens dînent,
Y en a encore trop cherchent, pour eux pas de 8 pièces, ils crèchent au parking
Tout le monde s’en indigne,
Ca dévalue le quartier, ça effraye mémé,
Et on sait bien ce que mémé va voter
Du haut de leurs tours de biz’, droites comme la tour de Pise
Jumelles sur le pif, ils fractionnent, divisent à leur guise
On s’étonne ensuite que ça finisse en fratricide
Car tout ce qui compte c’est de gonfler les commandes de missiles
Vive la démocratie, celle qui brandie la matraque, face à des pacifistes,
T’es pas d’accord, on te frappe,
Multirécidivistes : c’est jamais ceux là qu’on traque
Ils vivent en haut des listes et mettent leurs tronches sur les tractes
Ce monde agonise, vu ce qu’on y fait, c’était prévisible
Comme la goutte sur le front, dès que la merde se profile
Mais la peur atrophie les cœurs, peur de tout ce qu’on connaît pas
Alors on se barde de préjugés débiles
De partout les extrêmes dominent, en prime time,
A chaque fois qu’ils déciment une famille
Et bien avant ces régions où sévie la famine
Image trop crue pour un beauf devant sa viande trop cuite
Lui qui croyait que l’euro ferait beaucoup d’heureux,
Pour les vacances faudra attendre un peu ou gagner aux jeux
Mais là c’est pas trop l’heure, demain très tôt y a le taffe
Comprend ce monde va trop vite, aucune chance qu’on le rattrape
Sur la route des principes, ils ont mis des pièges à Loups,
Des gilets dynamites, et des skeud y en a un peu partout
Faudra faire gaffe aux mines, aux puits d’où la mort s’écoule
Il a beau être vif, mais à la longue il évitera pas tout
Et un de ces quatre il finira par tomber,
J’espère qu’il y a aura quelqu’un pour aider le prochain à se relever
J’espère qu’il sera pas comme le notre, aigri et crever
Et j’espère surtout que celui-là essayera pas de se faire sauter

Tu sais, on vit dans la télé,
Le globe s’est fêlé,
Ils servent de l’emballé mais en vrai c’est la mêlé
On s’prend à espérer des choses simples
Mais leur fabrique à peur s’est mise en branle
Tout ça pour les dérégler
cris sans cicatrices, terreur dans la matrice
Ils disent qu’une vie de plus à New York Paris Londres ou Madrid
Alors c’est comme ça une échelle dans la peine
On aime ces catastrophes quand des gens manquent à l’appel
Surtout s’ils nous ressemble, on les film à la morgue,
Et nous dans les sofas content d’échapper à la mort,
Il reste dans les cœurs l’anomalie appelée peur
Et grâce à ça de toute part ils ont recours à la force,
C’est une révolution, cette fois elle est de droite
Voilà pourquoi le chantage à l’emploi dans pleins de boîtes
Voilà pourquoi ils veulent à tout prix implanter la croix
Et face à la télé souvent on les croit dans leur droit,
Ils disent c’est humanitaire
Mais ils niquent les mers et la terre pour chaque écart c’est la guerre
Si le quotidien est précaire,
C’est qu’ils nous dressent à être délétères et se contenter de joies éphémères
Si l’Afrique est en colère, c’est parce que les trusts la pillent
Seuls les généraux corrompus coopèrent et jouent des vies au poker
Est-ce que la rancœur et le désir d’revanche est tout ce qu’on leur a offert?
On parle du droit des femmes quand leurs maris les frappent,
Avec des clichés religieux sortis tout droit des fables
Comme ci ici elles étaient bien depuis le Moyen-Âge
Mais c’est en 46 que c’est ouverte une nouvelle page
Maintenant elles nous valent, on dit dans les ouvrages
Pourquoi elles touchent moins de pognon à compétences égales?
Pourquoi elles seraient moins faites pour êtres responsables ?
Alors qu’elles nous ont tous torché le cul nu dans le sable
On force sur la boisson, parie sur les canassons
Mais la réalité c’est qu’ils nous font bouffer du poison
Et dans l’hôtel du bonheur beaucoup font la valise,
L’ espoir tué par des fanatiques libéralistes
Pas de bombes S.A.L , ni de grosses salves
La stratégie est simple ils exploitent et ils affament
Quand on les voit à la télé ces cons ont l’air affables
Mais le monde est à genoux quand ces bandits sont dix à table
Des comptes sous faux noms ils prétendent agir au nom de la liberté
Mais c’est la monarchie du pognon
La France et les States par factions interposées
Se livre une guerre en Afrique, et tu veux rester posé?
Freedom par-ci démocratie par-là
Mais j’ai mater sous la table et j’ai vu que c’était que des palabres
La vrai mafia non la cherche pas en Calabre ni dans ce bled
Où dans les quartiers pauvres à quarante ans on tombe malade
A fumer du mauvais tabac et manger de la merde
Où le xanax fait un tabac avec l’alcool fort
Les rues deviennent des grosses forges
Et le métal y est commun monté sur grosses crosses
La violence au quotidien de tant de gosses pauvres
Et moi j’attends l’apocalypse après cette apostrophe
J’en ai marre de tous ces mensonges qu’ils colportent
Pour les servir , dans de nombreux cas il y a mort d’homme
Tous terroristes j’entend leurs théories
Venter le sacrifice pour des principes c’est horrible
Les mômes survivent nourris à l’eau et au riz
Pendant que leur pouf se baladent à Aspen ou St Morritz
La flore crame la faune canne
Dit : c’était des barbus qui lâché l’agent orange sur le nord Vietnam ?
Non c’était les boys mais qui peut m’indiquer la justesse d’une cause
En partant de là chacun écrit ses droits
Désolé je trouve aucune excuse à Hiroshima
On peint l’histoire comme on colorie vite une image
Et peut importe qui se fait tuer chaque fois je le vit mal
On croit en nos gendarmes qui servent et nous protègent
Du moins, est ce au Rwanda quand ils jouent du lance rocket?
Pour placer le pantin qui conviendra a la France
Une casserole de plus au ministère de la défense
Il se crêpe le chignon au fond ils sont ignobles
Sur la conscience des députés y en a plus d’un million
« Quand ils font les aiguilles nos politiques ont des chignoles »
Défilent sur des chars le 14 , ils se bignolent au son de la marseillaise
Et d’une imagerie guerrière qu’ils veulent tranquillement refiler aux élèves de leur appart dans le 16
On voit un tableau différent : ils disent croire en dieu mais croit en ce qu’ils possèdent
Ils trouvent même pas un corps dans les ruines du world-trade mais sortent des débris le passeport de Mohamed
Je peux plus exprimer combien on trouve ça grotesque
Tu comprends pourquoi « ça le désire » dans les bibliothèques
Au collège de le vie ils jouent les profs d’histoire
Et abreuvent le quotidien de milles sornettes illusoires
On a battis une forteresse on l’a nommé alamut
Coincé physiquement entre garde à vue et garde à vous
Compte tenu de la pression patriotique j’admire les gens de gauche en Israël , en Amérique
est ce qu’on vaut mieux en France
désolé si j’insiste mais regardons nous franchement,
on est aussi raciste, ensuite on vend de la liberté au marché public,
putain le drame avec les valeurs de la république.
La république, elle passe ces week-end en régate
puis se prostitue de toutes part pour un airbus ou une frégate,
elle exécute dans une grotte des opposants canaques
et mange à table avec des gars style Giancanna
puis explose le rainbow warriors
et dessine les frontières du tiers monde à la terrasse du Mariot,
sponsorisent les fanatiques aux 4 coins du monde,
les entraînent aux combats et manipuler les bombes
le collier casse, ces cons échappent à tous contrôles
et quand ils mordent la main du maître alors on crie aux monstres.
ils discutent notre futur autour d’un pichet
pour notre sécurité zarma, ils veulent nous ficher.
C’est la france de derrière les stores
et j’en ai marre de me faire gruger
par des tronche de dispenser de sport.
je me bat pas pour la porche mais pour un meilleur monde
avec mes petits bras
Souvent à cette époque ou la terreur gronde
ou la frayeur monte, je travaille sur moi chaque seconde
pour être un meilleur homme.
On vit en ces temps où dans un taudis de Paris.
36 gosses meurent brûlés vifs quand les demandes en HLM dorment
depuis des années dans les archives
alors que des employés de la mairie en obtiennent avec terrasse et parking
t’appelle pas ça du racisme
après ils pleurent quand perdu on revient aux racines.
ils ont caricaturés nos discours radicaux
et l’on résumé par wesh wesh ou yo yo !
Nous complexé, si peu sûr de soi,
on s’interpelle entre nous, comme rital, rebeu ou renoi.
Chaque jour, la grande ville resserre l’étreinte
et tu peux voir les noms des nôtres évaporés écrits sur des trains.
Ma vie, un mic, une mix-tape, loin des ambitions
de ce qui sera élu président en 2007
j’adore ce moment où il dévoile le minois
de qui devra tailler des pipes monumentales au chinois.
à défaut d’argent putain, donnons du temps,
dans nos bouches le mot liberté devient insultant
car c’est les soldats qui le portent et non plus le vent
comme si le monde était rempli de cruel sultan.
Mécontent des schémas qu’on nous propose, je cultive maintenant
les roses dans mon microcosme.
Mesure les dégâts minimes que mon micro cause.
Ca ne peut qu’aller mieux alors j’attends la fin de leur monde…

SNIPER: « Eldorado »

Paroles: Eldorado

Tunisiano :
J’aime la douceur du temps le regard vers le large
J’aime la douceur du vent qui me caresse le visage
J’aime m’évader le regard vers l’horizon
Cette mer est un immense mur de prison

Aketo :
Moi j’aime ce pays qui ma vu naitre
J’aime ce paysages qui passe du desert à la verdure
J’aime cette terre pure celui de mon village au beau milieu de la nature
J’aime nos coutumes nos traditions notre culture

Tunisiano :
Je suis diplômé comme j’ai du bossé dure
Pour espérer pouvoir construire une vie plus sure
J’ai passé mon enfance et mis toute mes chances derrière mon cahier
Quand j’y pense je demandais qu’à travailler

Aketo :
Moi je suis atteint par une maladie grave et redoutable
J’ai espéré être soigné mais celle-ci est incurable
Tant de soins tant de médecins me disant ne pouvoir rien faire
Ne disposant pas de moyen nécessaire

Tunisiano :
On ma parlé de l’Occident de ca sciences
De ce jolie continent de nos chances
De l’argent qu’il procuré en abondance
Aketo : Vraiment ?

Tunisiano : Je t’assure

Aketo : Mais je ne veut pas m’éloigné

Tunisiano : Mais la bas je pourrais taffer et toi on pourra te soigner

Aketo :
Non je ne veux pas partir abandonner ma terre
Abandonner la famille laisser derrière mére et père

Tunisiano : Mais petit frère allez partons

Aketo : Mon je ne veux pas

Tunisiano : Petit frère allez partons

Aketo : Quand ?

Tunisiano :
Je ne sais pas mais il le faut pour toi et pour eux
Te voir mourir ici ne les rendra pas plus heureux

Aketo :
Mais crois tu vraiment que notre chance se trouve de l’autre coté

Tunisiano :
Suis moi tu ne le regrettera pas je te le promet

Refrain(x2) :
Eldorado ils seraient prets à mourir pour
Eldorado ils seraient prets à souffrir pour

Tunisiano :
Allez partons nous nous en lassons des larmes plein les yeux
J’ai comme la drôle d’impression de cet en revoir est un adieu

Aketo :
Maman sèche tes larmes et donne nous ta bénédiction
Embrasse tes deux fistons si dieu le veux nous reviendront

Tunisiano :
Tu sais si nous partons c’est pour aider la famille
Je veus trouvr du boulot et ne pas vivre la famine

Aketo :
Tu sais si nous partons ‘est seulement par nécessité
J’aurai tellement aimé rester parmis vous et être en bonne santé
Nous voila parti pour de bon

Tunisiano : Le cœur lourd

Aketo : La tête pleine de rêve

Tunisiano : Espérant les revoir un jour

Aketo : Un peut d’argent dan une bourse prêté par notre père

Tunisiano : Ainsi que nos économies qui suffiront à faire l’affaire

Aketo : Surement !

Tunisiano :
On ma présenté un passeur qui nous prendra pas trop chère
Un pécheur qui nous fera passer la frontière

Aketo : Nous avons marché de nuit

Tunisiano : Puis de jour

Aketo : Dans le froid

Tunisiano : Puis la chaleur

Aketo : Ne pas être à la bourre

Tunisiano : Faut qu’on arrive à l’heure

Aketo :
Nous nous sommes cachés pour attendre afin de ne pas être remarqué
D’autre personnes nous rejoignent en attendant d’embarquer

Tunisiano :
Une barque arrive dans la nuit entassé comme sur un radeau en voici
Deux ados partie pour l’eldorado

Refrain(x2) :
Eldorado ils seraient prets à mourir pour
Eldorado ils seraient prets à souffrir pour

Aketo :
Les yeux fermés les points sérés j’essaye de tenir bon
Le silence est pesant le temps me parer long

Tunisiano : Les gens

Aketo : Sont tout apeuré

Tunisiano : Le vent

Aketo : Est déchaîné

Tunisiano : La mer

Aketo : Est agité je sens mon sang se glacer

Tunisiano : On en a plus pour très longtemps

Aketo :
Mais j’en est plus qu’assez je suis pressé
De voir la terre à l’horizon se dessiner

Tunisiano :
Tien de la lumière u loin tout le monde est ravi
Frangin je t’invite à toucher des yeux ta nouvelle vie

Aketo : Mais tu en es sur ? Ce n’est pas quelque chose d’autre

Aketo Tunisiano : Oh mon dieu les gardes-côte

Tunisiano :
Soudain tout va trop vite la les marins se mettes à crier
Pris de panique ils nous demandent de sauter

Aketo : Les plus jeunes se jette à l’eau

Tunisiano :
Les autre se font pousser de peur les gens plongent dans une eau noire et glacé

Aketo :
J’en est le souffle coupé
Mon frère n’est plus à mes cotés
Je ne sais pas ou me diriger
Les vagues commencent à m’emporter

Tunisiano :
J’entend des cris un moment puis plus rien
Je m’entends appeler mon frère je l’entends pleurer puis plus rien
Je sens encore ma main dans la sienne
C’est fou comme je panique pour ne pas que la mer me prenne
Je m’agrippe à une valise

Aketo :
J’essaye de lutter je peux plus, plus d’images plus de son
La bouche ouverte l’eau envahie mes poumons
Cher frère va au bout de ton rêve reste fier reste fort
Dis à la famille que je les aime fort dernier effort
Dernier souffle dernier soupire
Je n’est plus de force je me sens partir

Tunisiano :
J’ai pu rejoindre la terre
Moi et quelques naufragés
Parmis les quelques rescapés
Je n’aperçois pas mon frère
Je vois des corps à la mer
Que celle-ci a recracher
Je ne demandais qu’a bien faire
Mais j’ai juste tout gâcher
Je voulais vivre mais je crève
Je n’ai plu vraiment d’espoir
Un jour j’ai eu un rêve
Qui c’est changé en cauchemar

Refrain(x2) :
Eldorado ils seraient prets à mourir pour
Eldorado ils seraient prets à souffrir pour

UMAN: Bienvenue en Belgique

Paroles Uman : Bienvenue en Belgique

Bienvenue en Belgique!
C’est la 4 eme dimension
Le bord de l’intégral
on est aux bord de l’implosion

Bienvenue en Belgique!
Le compromis à la con
Terre de pions et de bouffons
Qui non aucunes opinions

Bienvenue en Belgique!
C’est le grand cirque médiatique
La fille des spécialistes
qui prédisent une fin dramatique

Bienvenue en Belgique!
Le pays des p’tits biques
Grand flux démocratique
et querelles linguistiques

Bienvenue en Belgique!
si t’est cool t’auras pas de blèmes
Tu trouveras tout ce qui faut
Y’a d’la weed y’a d’la cem

Bienvenue en Belgique!
Ici il y’a que les vrais qui tiennent
Car il faut bien le dire
Y’a pas grand chose qui tienne

Bienvenue en Belgique!
Terre de sond system
De MC de culture
Anti-systeme

Bienvenue en Belgique!
Eh yo Uman come again
Ici le Hip-Hop et le dance hall
Résiste quand même

(Chorus)

Bienvenue en Belgique!

Bienvenue en Belgique!
Quand Leterme chante la Marseillaise
Y’a moyen de rigoler
Mais y’a comme un malaise

Bienvenue en Belgique!
Le cul entre deux chaises
Pays à 2 vitesses
A l’aise pour ce qui pèse

Bienvenue en Belgique!
Monarchie de pacotille
Résidu des colonies
Amie de l’opus déie

Bienvenue en Belgique!
Bienvenue au bord de la folie
Ministres alcooliques
Et église à l’agonie

Bienvenue en Belgique!
Tu verras les gens sont cools
Ils se prennent pas la tête
Du moment que ça roule

Bienvenue en Belgique!
si t’aime les frites et les moules
si tu connais la bière
Ici c’est comme ça qu’on se saoule

Bienvenue en Belgique!
Et viens plus tôt au printemps
L’hiver c’est dur et les gens tire la gueule tout le temps

Bienvenue en Belgique!
Il y a souvent du mouvement
Des crises, des fait divers, des hold-ups, des déraillements

(Chorus)

Bienvenue en Belgique!
La jeunesse est au chômage
Dans le quartiers ça sent l’orage

Bienvenue en Belgique!
Il y a des drogués de tous les ages
et c’est la même chose
pour les braquages

Bienvenue en Belgique!
Terre de transit et de trafics
Le crime ne connait pas la crise économique

Bienvenue en Belgique!
Des arme on en fabriquent
On est jamais loinpour ça qu’elles rapliquent

Bienvenue en Belgique!
On a tous les mains sales

Bienvenue en Belgique!
Petit Royaume à scandale

Bienvenue en Belgique!
Mais met un gilet par balles

Bienvenue en Belgique!
Bienvenue aux carnaval!

EKOLE URBAINE: Les Kentos à la machoire

TUNISIANO: Répondez moi

(clip+paroles)

Kery James / Idéal J: HARDCORE

Paroles : Hardcore

REFRAIN:
Dès qu’j’fait c’morceau, ça part en couille
J’entends une réaction de mauvais garçons dans la foule
Fout la merde s’il le faut, fout ta cagoule
Des faits c’est tout c’qu’il faut ou fout toi un doigt dans l’boule
J’repete Dès qu’j’fait c’morceau, ça part en couille
J’entends une réaction de mauvais garçons dans la foule
Fout la merde et s’il le faut, fout tla merde et s’il le faut, fout te me faire croire, qu’aujourd’hui le monde est cool

Hardcore, et critique est la situation dans le monde

Hardcore, comme j’te l’ai dit à chaque secondes des bombes grondent
Hardcore, les trafics de stupéfiants abondent
Hardcore, comme si j’faisais sauter une bombe à Disneyland
Hardcore, des mômes qui font l’trottoir en Thaïlande
Hardcore, est la sanction quand t’as pas su tenir ta langue
Hardcore, l’attentat des USA à Hiroshima
Hardcore, la façon dont les reunois s’assassinent au Rwanda
Hardcore, sont les récents événements en Algérie
Hardcore, est la façon dont ils détruisent l’Amazonie
Hardcore, sont les conditions de vie, ici en sonpri
Hardcore, les lois dans ce pays où le cevi sévit
Hardcore, ce qu’a essayé d’entreprendre Jacque Mesrine
Hardcore, la fin du monde on en voit les premiers signes
Hardcore, deux pédés qui s’embrassent en plein Paris
Hardcore, des scènes de cul à la télé avant minuit
Hardcore, aujourd’hui la Yougoslavie n’est plus
Hardcore, demain t’es mort pour une poignée d’ecu
Hardcore, ont surement été les émeutes de 68
Hardcore, la fin violente du parcours de Malcom X
Hardcore, d’effet de l’héroïne sur certains
Hardcore, des animaux servent de cobayes aux terriens
Hardcore, la rumeur comme quoi, le SIDA viendrait d’Afrique
Hardcore, les preuves comme quoi, ils ont dévalisé l’Afrique
Hardcore, est le trafic d’influences en France
Hardcore, Maurice Papon aurait trahi la résistance
Hardcore, parce que abusives sont à ce jours les charges sociales
Hardcore, d’inégale répartition des richesses mondiales
Hardcore, comme reconnaître ses torts
Hardcore, les jeunes sont passionnés de films gores
Hardcore, sera le journal télévisé de ce soir
Hardcore, et les gens ont peine à croire au mot espoir
Hardcore, lorsqu’une fillette de 8 ans disparaît
Hardcore, et qu’on retrouve violée, sodomisée
Hardcore, est le viol dont on a accusé Mike Tyson
Hardcore, pire encore en ce qui concerne Mikael Jackson
Hardcore, le harcèlement serait l’truc de Bill Clinton
Hardcore, il n’est pas bon de tromper OG Simpson
Hardcore, Marc Dutrou a ses fans au tribunal
Hardcore, serait le rétablissement d’la peine capitale
Hardcore, mais déjà aujourd’hui la peine maximale
Hardcore, l’article L432 du code pénal
Hardcore, est le travail de batard d’un procureur
Hardcore, l’inspecteur Harry, Hooker, Hunter sont des tueurs
Hardcore, est la grimpée en flèche du FN
Hardcore, sont les propos extremes de c’batard d’lepen
Hardcore, le Klu, Klux Klan
Hardcore, est la mauvaise graine de haine qu’il sème
Hardcore, sont les crimes dont on accuse le GIA
Hardcore, est la façon dont est Illéegai. K’1fri Mafia
Hardcore, le FLM se fait entendre en Corse
Hardcore, la Gestapo appliqua des méthodes féroces
Hardcore, guerre de 100 ans, de 100 jours, de toujours
Hardcore, guerre mondiales et bientot le 3ème tour?
Hardcore, les flics noirs ne sont que des traitres et j’en bave de rage
Hardcore, le temps ou les negros etaient esclaves
Hardcore, fut la révolution française en 7.8
Hardcore, peut etre l’issue d’une simple histoire de seufs
Hardcore, et violentes sont les interventions du RAID
Hardcore, lorsqu’on affirme que si tu nous test t’es dead
Hardcore, lorsque ton ennemi t’étouffe au corps à corps
Hardcore, comme L.A.S. je l’serai jusqu’à la mort
Hardcore, fut le deces de Malek Oussekine
Hardcore, sera la reconquete de la Palestine
Hardcore, comme mourir pour une cause qu’on croit juste
Hardcore, quand tu crois qu’ici bas tu n’es qu’un martyre de plus
Hardcore, quand t’es persuadé que le bien ne peut triompher
Hardcore, parceque hier t’as tué, aujourd’hui t’es respecté
Hardcore, sont les fléaux qui nous frappent ici bas
Hardcore, de la piste au cancer jusqu’au SIDA
Hardcore, de dévergondage des femmes dans l’monde entier
Hardcore, serai l’enfer qui nous est prédestiné
Hardcore, parce qu’on approche du jugement dernier
Hardcore, parce que les meilleurs s’en vont toujours les premiers
Comprend pourquoi pas d’concessions dans mes lyrics ALIX originaire des terres d’Afrique

SOPRANO / MEDINE: Ils disent

Paroles: Ils disent

Soprano:

Ils disent que c’est la faute de nos parents qu’en bas ça vent du shit
Qu’on s’est coupé les ailes scolaires pour que le vice soit notre parachute
Qu’on dit je t’aime aux flics de manière obscène
Qu’on rentre à la Mosquée comme on rentre dans une caserne
Ils disent que le rap incite les jeunes à vouloir baiser Marianne, à mélanger au tabac un peu de fusée Ariane
Ils disent que les arabes ont inventé le vol en France et que c’est à cause des noirs qu’il pue autant en france
Ils disent que c’est mahomet qui nous dit de martyriser les femmes et de mettre des métros en flamme
Ils disent qu’on est antisémites et que nos allocs sont la cause de leur crise économique
Ils disent que si l’Afrique est endettée c’est du à sa mendicité et à son manque de civilité
Ils disent qu’on est métis quand il s’agit de football mais des macaques quand il s’agit de flashball
Ils disent qu’on est terroriste dès qu’on se venge, qu’on a de la chance de faire la manche en France
Ils disent tellement de conneries que je me dis qu’ils ont greffé un oeil de verre à Sarkozy.

Médine:

Ils disent black blanc beur mais qu’avec des brassards
Ils disent qu’on enseigne la haine à nos enfants dans les madrassa
Ils disent vouloir crucifier les basanés
Ils disent que la merde provient de la Méditerranée
Je dis que leur jugement ressenble à celui de Burgaud
je dis qu’ils nous incriminent à tort derrière leur bureau
Je dis plus de banania ni de beurre de bénioui(?)
Je dis brise la glace comme Soraya Bonali.

Soprano:

Je dis que si le taff de femme de ménage nous rendait riche: y’aurait beaucoup moins de vendeurs de shit
Je dis que si l’école m’avait laissé faire mon bac de chimie: y’aurait plus d’air dans mon parachute
Je dis que si les flics arrêtaient de me fouiller pour trouver du shit: je croirais peut-être en la justice
Je dis que si W enterrait sa soif de pétrole: y’aurait peut-être beaucoup moins de terroristes
Je dis que si Marianne acceptait un peu que je sois son fils: mes raps seraient beaucoup moins anarchique
Je dis que si Marianne avait pas la maladie d’Alzheimer: j’aurais connu la joie de nos pères tirailleurs
Je dis que l’Islam m’a appris à aimer ma soeur ma femme et ma mère qu’elles aient le voile ou pas
Je dis que l’Islam m’a appris à aimer mon prochain mais chez moi Ben Laden on ne l’aime pas
Je dis qu’ici l’expression n’est pas une liberté quand je pense à tous les procés que collectionne le rap français
Ils disent beaucoup de conneries et aprés ils s’étonnent que des voitures brûlent la nuit

Médine:

Ils disent black blanc beur mais qu’avec des brassards
Ils disent qu’on enseigne la haine à nos enfants dans les madrassa
Ils disent vouloir crucifier les basanés
Ils disent que la merde provient de la méditerranée
Je dis que leur jugement ressemble à celui de Burgaud
Je dis qu’ils nous incriminent à tort derrière leur bureau
je dis plus de banania ni de beurre de bénioui(?)
Je dis brise la glace comme Soraya Bonali

Posons les armes
Vivons en paix dans un monde metis voilà le message
Soprano sur block life chez Marseille!!!

TUNISIANO: Le regard des gens

Paroles: Le regard des gens

Oui, elle est pleine de grâce
Belle et élégante
Mais son reflet dans la glace la rendu
Si différente des autres
Elle se sent mise à l’écart
Du dégoût est le sentiment
Qu’elle peut lire dans le regard des autres
Elle se sent si seul, si laide
Si elle gueule et s’isole,
C’est qu’elle s’est demandée de l’aide
Entre autre elle fait partis de ces filles
Mal dans leur peau ses yeux qui les fusillent
Pour quelques kilos en trop
Ses yeux qui le grugent, lui font croire qu’elle est difforme,
Tous ces regards qui la juge qui l’on rendu non conforme
Elle ne cherche plus a plaire bêtement elle cache ces rondeurs
Derrière ces large vêtements, peu féminine,
Complexer par son physique
Devant ces magazines et ces filles anorexique
Son poids est un crime, terrifié par la foule
Elle multiplie les régimes afin d’entrer dans le bon moule
Effet yoyo
Elle galère, tel est le salaire
Pour soit disant faire partis des gens normaux
Elle a perdu toute confiance en elle
Elle qui a cru que l’apparence pouvait suffire pour être belle
Refrain :
On fait semblant d’être heureux, de sourire pour se sentir mieux
(Dans le regard des gens)
On se déguise, s’idéalise c’est la perfection qu’on veux
(Dans le regard des gens)
On fait semblant d’être heureux
(Dans le regard des gens)
On se déguise…..
(Dans le regard des gens)

Enfant de quartier populaire,
Là où la violence prolifére
Fils d’une famille ouvrière
Il a grandit dans le besoin
La pauvreté, il l’a prend comme une faiblesse
Et vie précaire, mais par respect
Il dira qu’il n’a jamais manqué de rien,
Il fait le Tommy, savine contre façon
Emporio, Armani, Versace, Gucci et passons
Faire semblant, il se l’ai imposé roule en merco
Et dormant sur un lit superposé
Joue les mecs classe, flambe au quotidien,
S’amuse a payé pour les gens
Pour faire montrer qu’il est en place,
Quand à l’autre
Il est sont opposé,
Enfant modèle, prix Nobel, issu d’un milieu aisé
Oui sa vie il l’à déteste,
Sous prétexte que ses parents ont toujours tous fait pour l’apaiser,
Enfant rebelle se construit un personnage,
Traîne avec Kamel pour façonner son image
Bourgeois, délinquant et en pritre de baffe
Emplois des mots en verlans pour ne pas passer pour un blarfe,
Faire le show la rendu important,
Ce n’est qu’un bobo en croco tout sa pour le regard des gens
Refrain :
On fait semblant d’être heureux, de sourire pour se sentir mieux
(Dans le regard des gens)
On se déguise, s’idéalise c’est la perfection qu’on veux
(Dans le regard des gens)
On fait semblant d’être heureux
(Dans le regard des gens)
On se déguise…..
(Dans le regard des gens)

Ils veulent devenir des icônes
Pour que les gens aiment
Seins en silicone et piqûre en collagène
Ils se font la guerre chasse les préjugés,
S’agrippent à des critères par peur d’être jugé
A toutes ces femmes qui se montrent pour s’aimer
A tous ces hommes qui se cachent pour pleurer
Toutes ces personnes qui ont des choses à prouver,
Qui se cherche pour ne pas se retrouver
S’est vrai qu’on se sent mieux grâce au regard des gens
S’est vrai qu’on se voit beau dans le regard des gens
La morale est que peut importe le problème,
Avant d’être aimé par les autres il faut d’abord s’aimer soi-même
Refrain :
On fait semblant d’être heureux, de sourire pour se sentir mieux
(Dans le regard des gens)
On se déguise, s’idéalise c’est la perfection qu’on veux
(Dans le regard des gens)
On fait semblant d’être heureux
(Dans le regard des gens)
On se déguise…..
(Dans le regard des gens)

———————————————————————-

SOPRANO: »Moi j’ai pas »

Paroles: Soprano: Moi j’ai pas

Moi j’ai pas la culture d’AKH
Ni la plume de Oxmo
Ni la culture du double H
Moi j’ai pas la créatine de fifty
Ni la femme de Jay-Z
Moi j’ai pas les dents en or de Joey
Ni le round de Kool Shen
Ni le mpc de dr dre
Moi j’ai pas la lipo de Missy
Moi j’ai pas les bleus de mélanie
Moi j’ai pas eu les menottes à Sinik
Moi j’ai pas le côté hardcore du Tandématik
Moi j’ai pas la véracité de Kerry
Ni la barbe de médine
Moi j’ai ……………
Moi j’ai pas eu l’exil a Tiken Jah Fakoly
Ni l’enfance de Corneille
Ni la parkinson de Mohamed Ali
Moi j’ai pas le couturier d’andré 3000
Ni la mère d’éminem
Mais j’ai eu la même vie
Moi j’ai pas le côté Dutrou de R kelly
Ni celui de Tragédie
Moi j’ai pas le côté « Justin » de Matt Pokora
Ni la sincérité de mon pote « Le Rat »
Moi j’ai pas la miche de snoop ou DMX
Ni le charisme de Massoud ou de Malcom x
Moi j’ai pas la voix d’un Notorious rappeur
Moi je suis pas né en taule d’une mère black panther.
Moi j’ai pas la folie d’un busta, la sensibilité d’une wallen ou de kayna
Moi j’ai pas ces défauts, ces qualités là
Moi j’suis juste moi Sopran’baba

Refrain :
Oooooooohohohohoh
Moi j’ai pas ta femme tes gosses tes frères tes sœurs
Moi j’sui juste moi Sopran’baba
Oooooooohohohohoh
Toi t’as pas ma caille mes potes Mes problème mon vécu
Toi t’es pas moi Sopran’baba

Moi j’ai pas le même islam que Ben Laden
Moi j’ai pas le même fusil que Kurt Cobain
Moi j’ai pas les claudettes de Claude François
Moi j’ai pas toutes les années de prison de Mandela
Moi j’ai pas la double carrière de Yannick Noah
Ni les narines en or de Marradonna
Moi j’ai pas les deux médailles d’or de Doukouré
Moi j’ai pas l’acharnement qu’a connu Dieudonné
Moi j’ai pas connu la haine de Hitler
Moi j’ai pas mis des bombes chez Tony Blair
Moi j’ai pas le potentiel d’un Padawan
Ni la dalle d’un éthiopien face au salaire de Beckham
Moi j’ai pas la tête de con de fogiel
Moi j’ai pas du sang sur les mains comme Ariel
Moi j’ai pas le texte magnifique de Zazie
Ni l’obession présidentielle de Sarkozy
Moi j’ai pas les vaches de dechavanne
Les fans de Jamel
Ni le pied gauche de Zidane
Moi j’ai rien de ces gens
J’ai rien d’un caid
Moi j’suis juste Said

Refrain X2
Oooooooohohohohoh
Moi j’ai pas ta femme tes gosses tes frères tes sœurs
Moi j’suis juste moi Sopran’baba
Oooooooohohohohoh
Toi t’as pas ma caille mes potes mes problèmes mon vécu
Toi t’es pas moi Sopran’baba
(x2)

Yeah
Demande pas d’être quelqu’un d’autre
Yeah

KALSHA / JALAL EL HAMDAOUI: « Bienvenue au Maroc »

(pas de paroles)

STROMAE: C’est Stromae

SUPREME NTM: » Mais qu’es ce qu’on attends « (1995!!!)

Paroles:NTM:Mais qu’es ce qu’on attends

Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?
Les année passent, pourtant tout est toujours à sa place
Plus de bitume donc encore moins d’espace
Vital et nécessaire à l’équilibre de l’homme
Non personne n’est séquestré, mais s’est tout comme
C’est comme de nous dire que la France avance alors qu’elle pense
Par la répression stopper net la délinquance
S’il vous plaît, un peu de bon sens
Les coups ne régleront pas l’état d’urgence
A coup sûr…
Ce qui m’amène à me demander
Combien de temps tout ceci va encore durer
Ça fait déjà des années que tout aurait dû péter
Dommage que l’unité n’ait été de notre côté
Mais vous savez que ça va finir mal, tout ça
La guerre des mondes vous l’avez voulue, la voilà
Mais qu’est-ce, mais qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu ?
Mais qu’est-ce qu’on attend pour ne plus suivre les règles du jeu ?

{au Refrain}

Je n’ai fait que vivre bâillonné, en effet
Comme le veut la société, c’est un fait
Mais il est temps que cela cesse, fasse place à l’allégresse
Pour que notre jeunesse d’une main vengeresse
Brûle l’état policier en premier et
Envoie la république brûler au même bûcher,
Ouais !
Notre tour est venu, à nous de jeter les dés
Décider donc mentalement de s’équiper
Quoi t’es miro, tu vois pas, tu fais semblant, tu ne m’entends pas
Je crois plutôt que tu ne t’accordes pas vraiment le choix
Beaucoup sont déjà dans ce cas
Voilà pourquoi cela finira dans le désarroi
Désarroi déjà roi, le monde rural en est l’exemple
Désarroi déjà roi, vous subirez la même pente, l’agonie lente
C’est pourquoi j’en attente aux putains de politiques incompétentes
Ce qui a diminué la France
Donc l’heure n’est plus à l’indulgence
Mais aux faits, par le feu, ce qui à mes yeux semble être le mieux
Pour qu’on nous prenne un peu plus, un peu plus au sérieux

{au Refrain}

Dorénavant la rue ne pardonne plus
Nous n’avons rien à perdre, car nous n’avons jamais rien eu …
A votre place je ne dormirais pas tranquille
La bourgeoisie peut trembler, les cailleras sont dans la ville
Pas pour faire la fête, qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu
Allons à l’Elysée, brûler les vieux
Et les vieilles, faut bien qu’un jour ils paient
Le psychopathe qui sommeil en moi se réveille
Où sont nos repères ?
Qui sont nos modèles ?
De toute une jeunesse, vous avez brûlé les ailes
Brisé les rêves, tari la sève de l’espérance.
Oh ! quand j’y pense
Il est temps qu’on y pense, il est temps que la France
Daigne prendre conscience de toutes ces offenses
Fasse de ces hontes des leçons à bon compte
Mais quand bien même, la coupe est pleine
L’histoire l’enseigne, nos chances sont vaines
Alors arrêtons tout, plutôt que cela traîne
Ou ne draine même, encore plus de haine
Unissons-nous pour incinérer ce système

CUT KILLER: Nique la police (scène culte du film « la haine »)

ALIBI MONTANA, OL KAINRY, DANY DAN, SEFYU: Crie mon nom

 

commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s