A Kobané, les combats continuent malgré les raids aériens

Publié: 9 octobre 2014 par gandibleux dans Actualités, EI, Monde, Syrie

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 09.10.2014 à 04h51 • Mis à jour le 09.10.2014 à 08h26

Les djihadistes de l'Etat islamique ont lancé un nouvel assaut contre la ville syrienne de Kobani dans la nuit du mercredi 8 à jeudi 9 octobre.

La bataille de Kobané, entre combattants kurdes et djihadistes de l’Etat islamique (EI), continue, à quelques kilomètres de la frontière turque, alors que la communauté internationale peine à se coordonner pour éviter la chute de cette ville syrienne à majorité kurde.

Equipés d’armes lourdes et de chars, les djihadistes ont à nouveau pénétré dans certains quartiers est de la ville, jeudi 9 octobre, après avoir été repoussés la veille. « Des civils ont peut-être été tués parce qu’il y a des affrontements intenses », a déclaré Asya Abdullah, vice-présidente du Parti de l’union démocratique (PUD), principale formation kurde impliquée dans la défense de Kobané.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) confirme l’information, faisant état d’un attentat-suicide au camion piégé dans ce secteur. L’organisation ajoute que les djihadistes ont bénéficié de l’arrivée de renforts depuis la province syrienne de Rakka, leur base-arrière. Preuve que les raids aériens menés par la coalition autour des Etats-Unis ne parviennent pas à repousser les djihadistes, ni même à couper leurs lignes d’approvisionnements.

L’Europe s’engage à développer la tradition d’excellence de la culture européenne. Depuis près de 30 ans, les Ballets de Monte-Carlo y contribuent en se produisant sur les plus grandes scènes européennes.

James Kirby, porte-parole du Pentagone, a d’ailleurs reconnu, mercredi, que « les frappes aériennes seules n[‘allaient] pas sauver la ville de Kobané » :

« Il faudrait des troupes compétentes – des rebelles syriens ou des forces gouvernementales irakiennes – pour arriver àvaincre l’EI. »

LA TURQUIE MONTRÉE DU DOIGT

En attendant « ces troupes compétentes », les responsables américains demandent de la patience. « Nous poursuivons nos frappes avec nos partenaires. Cela reste une mission difficile », a résumé Barack Obama à l’issue d’une rencontre avec les plus hauts gradés américains. Le chef de la diplomatieaméricaine, John Kerry, est allé dans le même sens :

« Aussi horrible que ce soit d’observer en temps réel ce qui se passe à Kobané (…), vous devez prendre du recul etcomprendre l’objectif stratégique [des Etats-Unis]. »

Les Américains n’hésitent en revanche plus à pointer du doigt l’inaction de la Turquie. Si des chars de l’armée turque sont déployés à quelques kilomètres de Kobané depuis plusieurs jours, ils ne viennent pas en aide aux combattants kurdes.

« Nous pensons clairement qu’ils peuvent faire davantage », a jugé la porte-parole du département d’Etat Jennifer Psaki. Mais, a-t-elle aussitôt reconnu, Ankara a « ses propres inquiétudes ». L’inaction des autorités turques à Kobané n’exaspère donc pas seulement les Kurdes. En Turquie, les grandes manifestations kurdes se sont soldées par la mort de 21 personnes et une couvre-feu était en vigueur, mercredi, dans plusieurs provinces à majorité kurde.

La possibilité de créer une zone tampon entre la Syrie et la Turquie pourprotéger les personnes déplacées par le conflit est également devenue un sujet de discorde entre Washington et Ankara.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a maintes fois plaidé pour cette possibilité, a reçu le soutien de François Hollande, mercredi. Même le secrétaire d’Etat américain John Kerry a estimé que l’idée « valait la peine d’être regardée ». Mais la Maison Blanche, le département d’Etat et le Pentagone ont immédiatement recadré leur ministre, affirmant qu’une zone tampon n’était « pas à l’étude pour le moment ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s