À qui profite vraiment le vote blanc?

Publié: 6 mai 2014 par estellavaras dans A contre-courant
Politique belge « Ne vote pas blanc, tu donnes ta voix à la majorité! » Tout le monde a déjà entendu cette phrase à l’approche des élections. Mais est-elle vraiment correcte?

 
Chez nos voisins français ou allemands, chaque soirée électorale fait ressortir les fameux chiffres de l’abstention. Une réalité inconnue en Belgique, puisque le droit de vote est obligatoire dans nos contrées. Certains, par conviction ou désintérêt, optent donc pour le vote blanc ou le vote nul (celui où le bulletin de vote sert de support pour une phrase de haine, un petit dessin rigolo, et plus si affinités).
Une réalité qui, selon une étude menée par l’ULg il y a quelques années, concerne tout de même 13% de l’électorat en moyenne. Soit plus d’un million de personnes qui, selon le fameux refrain entonné avant chaque scrutin, donneraient indirectement et contre leur gré leur vote à la majorité. Un report de voix qui, selon cette même « croyance populaire », est uniquement valable pour le vote blanc. Mieux vaudrait donc prendre deux secondes pour faire un petit dessin, histoire d’être sûr de ne pas nourrir involontairement les grands partis, en laissant son bulletin vierge pour se prononcer contre le système.
Le vote blanc ne va à personne
 
La réalité est bien loin de cette idée reçue. Un petit tour sur le site internet belgium.be nous permet d’apprendre que le vote blanc, comme le vote nul, n’est pas comptabilisé lors de la répartition des sièges dans les assemblées fédérales et régionales. « Celui ou celle qui vote blanc ou nul s’incline donc devant ce que les autres électeurs décident ensemble », ajoute le site.
Les votes blancs ne sont donc pas ajoutés à ceux du parti récoltant le plus de voix, comme on l’entend souvent. Mais ce discours récurrent n’est pas sans fondement. En ne remplissant pas son bulletin, l’électeur protestataire offre, indirectement et mathématiquement, un plus grand pourcentage de voix aux partis les plus plébiscités: moins il y a de votes, plus les bulletins dûment complétés ont du poids dans le pourcentage total des voix, et donc dans la répartition des sièges.
Morale de l’histoire: non, votre vote blanc ou nul n’alimentera pas directement le total de voix récoltées par la majorité. Par contre, il donnera plus de poids aux bulletins dûment complétés avant d’être placés dans l’urne. Rester muet ou crier au fou ne sert donc à rien, mis à part à offrir un porte-voix au voisin d’isoloir pour lui permettre de faire entendre sa voix plus fort.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s