Pédophilie. La fillette dialogue sur Internet, 20 000 hommes la contactent

Publié: 4 novembre 2013 par gandibleux dans Actualités, Monde

 

« Sweetie », une filette virtuelle, a été assaillie par 20 000 hommes en quelques semaines.

« Sweetie », une filette virtuelle, a été assaillie par 20 000 hommes en quelques semaines.

Photo : AFP.

Plus de 20 000 « prédateurs » ont contacté une enfant de 10 ans, prêts à payer pour la voir se livrer à des actes sexuels par webcam. Derrière la fillette se cachait en réalité Terre des Hommes, association d’aide à l’enfance.

Le résultat de l’expérience glace le sang. En l’espace de dix semaines, plus de 20 000 hommes de 71 pays différents, en Amérique, en Europe et en Asie, ont pris contact sur des forums de discussion avec « Sweetie », une fillette philippine de 10 ans, pour lui proposer de se livrer à des actes sexuels devant sa webcam contre un peu d’argent.

Des pères de famille

« Il y avait de tout, des hommes de 30 ans, 35 ans, 45 ans, 50 ans, des pères de famille, un musicien, un architecte… », explique Albert Jaap van Santbrink, responsable de la branche néerlandaise de Terre des Hommes, l’ONG à l’origine de cette opération.

« Sweetie » n’était heureusement qu’une enfant virtuelle, créée de toutes pièces par l’association pour dénoncer le « tourisme du sexe avec enfant par webcam » et sensibiliser l’opinion.

1 000 signalements

Sur les 20 000 « prédateurs », plus de 1 000 ont été « facilement »identifiés par Terre des Hommes, qui a pu retrouver leurs adresses, leurs numéros de téléphone et des photos d’eux, et a transmis leur identité aux autorités compétentes, en particulier à Interpol.

«  Nous avons suivi les procédures utilisées par les forces de police, explique Hans Guyt, responsable de l’enquête. Mais bon, nous ne sommes ni des procureurs, ni des juges, ce sera à eux de décider quoi faire avec les éléments que nous avons transmis ».

« Une expérience choquante »

L’équipe d’enquêteurs de l’ONG était constituée de quatre personnes.« Se mettre dans la peau d’une fillette philippine de dix ans et voir ce que certains hommes veulent de vous a été une expérience choquante pour elles. Il y avait des demandes et des gestes vraiment obscènes. »

Hans Guyt précise que les enquêteurs n’ont jamais proposé quoi que ce soit aux personnes piégées mais ont attendu que les demandes soient formulées spontanément, sans être provoquées. Les conversations ont été systématiquement arrêtées dès que les « prédateurs » proposaient de payer pour voir des actes sexuels.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s