Baptêmes étudiants : la lettre de Di Rupo à Ségolène Royal

Publié: 23 octobre 2013 par gandibleux dans Actualités, Belgique

JONAS LEGGE Publié le mercredi 23 octobre 2013 à 17h47 – Mis à jour le mercredi 23 octobre 2013 à 18h23

BELGIQUE Le Premier ministre précise qu’il transmettra l’interpellation de Ségolène Royal à Jean-Claude Marcourt, ministre en charge de l’Enseignement supérieur.
Le courrier envoyé par Ségolène Royal à Elio Di Rupo, et révélé par LaLibre.be, le 8 octobre, a suscité de nombreuses critiques. L’ex-candidate socialiste à la présidentielle française y affirmait tout le mal qu’elle pensait des baptêmes étudiants, les qualifiant de  » violences d’un autre âge ». Elle demandait également au Premier ministre belge de« légiférer pour mettre le bizutage hors la loi ».

 

 

 

 

 

Vendredi dernier, Elio Di Rupo a répondu très officiellement à l’actuelle présidente du conseil régional de Poitou-Charentes. Dans la lettre, que LaLibre.be a obtenue en primeur, le Premier ministre précise d’emblée que « Nous avons tous été extrêmement choqués par les pratiques révélées à cette occasion ». « Aucune ‘tradition’ ne saurait justifier de telles exactions. »

M. Di Rupo compte notamment sur les responsables des universités pour « prendre les mesures adéquates et suggérer, le cas échéant, un renforcement de notre arsenal législatif ».

Le Premier ministre appelle également le milieu estudiantin à adopter « des règles plus strictes pour éviter tout dérapage ». Et il rappelle qu' »en Belgique, ce type de folklore est différent des bizutages pratiqués en France, et sans doute les réponses apportées par les autorités doivent-elles être appropriées aux situations rencontrées ».

De manière pédagogique, Elio Di Rupo explique également le fonctionnement de l’Etat, « composé de Régions et de Communautés largement autonomes ». Il précise en outre qu’il transmettra l’interpellation de Ségolène Royal à Jean-Claude Marcourt, ministre en charge de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour rappel, fin septembre, lors d’un week-end entre « bleus » et « comitards » à Marche-en-Famenne, une étudiante en section vétérinaire à l’ULg était tombée dans le coma après avoir été forcée d’ingurgiter une grosse quantité d’eau. Cet incident avait conduit Ségolène Royal, en sa qualité d’ancienne ministre de l’Enseignement scolaire français (1997-2000), à écrire à Elio Di Rupo. Cette initiative a été perçue comme une ingérence, notamment par le recteur de l’ULg.

 

Le contenu de la lettre dans son entièreté

Madame la Présidente,

Chère Ségolène,

 

C’est avec la plus grande attention que j’ai lu votre lettre au sujet d’une étudiante de l’Université de Liège tombée dans le coma lors d’une activité de baptême estudiantin.

 

Nous avons tous été extrêmement choqués par les pratiques révélées à cette occasion. Je partage votre condamnation de ce type de « jeux » et de tout ce qui pourrait mettre en péril l’intégrité physique ou psychologique des étudiants. Aucune « tradition » ne saurait justifier de telles exactions.

 

Depuis, l’Université a réagi et entamé un travail avec les étudiants concernés. D’une manière générale, je fais confiance aux responsables de nos universités pour prendre les mesures adéquates et suggérer, le cas échéant, un renforcement de notre arsenal législatif. La Justice s’étant par ailleurs saisie du dossier, des poursuites pourraient être diligentées sur la base des lois en vigueur.

 

A titre personnel, il me paraît très important qu’une prise de conscience s’opère dans le milieu des étudiants et que des règles plus strictes soient adoptées pour éviter tout dérapage. En Belgique, ce type de folklore est différent des bizutages pratiqués en France, et sans doute les réponses apportées par les autorités doivent-elles être appropriées aux situations rencontrées. Nous poursuivrons le dialogue dans la sérénité, en tablant sur le sens des responsabilités des uns et des autres.

 

Par ailleurs, comme vous le savez, la Belgique est un Etat fédéral, composé de Régions et de Communautés largement autonomes. L’enseignement supérieur relevant des compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles, je me permets de transmettre votre interpellation au Ministre de tutelle, Monsieur Jean-Claude Marcourt.

 

Veuillez agréer, Madame la Présidente, chère Ségolène, l’assurance de ma haute considération.

 

Elio Di Rupo

 

Premier Ministre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s