La « révolution des bébés » s’empare de Sarajevo

Publié: 14 juin 2013 par estellavaras dans A contre-courant
Tags:,

Jean-Arnault Dérens, correspondant dans les Balkans

Mis en ligne le 14/06/2013

La colère gronde en Bosnie-Herzégovine après un incident lié à un bébé.

« A bas le nationalisme, vive la Bosnie-Herzégovine citoyenne  » : le panneau, rédigé dans les deux alphabets en usage dans le pays, le cyrillique et le latin, flottait au-dessus de la foule massée mardi devant le Parlement de Sarajevo. Plus de 10 000 personnes étaient au rendez-vous, les agriculteurs ou les employés dont le salaire n’est pas payé depuis des mois venant, en cortège, grossir la foule. Solidaires, les taxis de Sarajevo ont bloqué le trafic durant plusieurs heures.

Tout a commencé pour un prétexte presque futile : un bébé de 3 mois qui avait besoin d’un traitement urgent à l’étranger n’a pas pu voyager, faute de disposer d’un passeport. En effet, depuis le 12 février dernier, les nouveau-nés ne peuvent plus obtenir de numéro national d’identification en Bosnie, en raison d’un désaccord politique sur la nouvelle dénomination des communes de Republika Srpska, l’entité serbe du pays. De ce fait, tous les bébés nés depuis cette date sont des « sans-papiers ».

Le 6 juin, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le Parlement de Sarajevo et les manifestants ont décidé de « mettre le siège » au Parlement, empêchant les députés de sortir tant qu’ils n’auraient pas adopté une loi réglant le problème. La loi n’a pas été adoptée et le mouvement se poursuit. Les étudiants sont entrés en action, à Sarajevo et à Banja Luka, la capitale de la Republika Srpska. Des manifestations ont également eu lieu ailleurs.

Un mouvement national

C’est la première fois depuis la guerre qu’un mouvement commun rassemble ainsi tous les citoyens de Bosnie-Herzégovine. Pour Darko, militant d’un petit groupe anarchiste de Sarajevo, « la coupe était pleine depuis très longtemps. On se demandait juste quand arriverait l’étincelle qui mettrait le feu » Cette étincelle est peut-être venue de Turquie, pays dont la Bosnie-Herzégovine est toujours très proche, politiquement et culturellement. La semaine dernière, des rassemblements de soutien aux manifestants turcs de la place Taksim avaient été organisés à Sarajevo.

Mercredi, à Banja Luka, des milliers de protestataires ont bravé l’interdiction de manifester émises par les autorités, les étudiants ont été rejoints par les retraités et les anciens combattants. Ici aussi, le rapprochement avec le mouvement « Occupy Gezi Park » a été vite fait : depuis plus d’un an, les citoyens de la ville manifestent régulièrement pour essayer de sauver le parc de Picin, que les autorités locales veulent aussi transformer en centre commercial. « En Republika Srpska, les gens sont habitués à écouter le pouvoir. Tout le monde vit mal, mais il n’y a jamais eu le moindre mouvement social depuis la fin de la guerre , explique la journaliste Dragana Tadic. La mobilisation pour le parc représentait donc quelque chose d’inédit, le tout début d’une prise de conscience citoyenne. »

Ces prémices de « printemps bosnien » inquiètent beaucoup les autorités. Rajko Vasic, le secrétaire général du Parti des sociaux-démocrates indépendants (SNSD), la formation de Milorad Dodik, le président de la Republika Srpska, a dû présenter sa démission après avoir traité, sur son blog, de « bâtards » les étudiants protestataires de Banja Luka. En réalité, la classe politique fait l’objet d’un même rejet dans les deux entités du pays. Jeudi, les organisateurs ont lancé « un appel au silence » : les rassemblements sont suspendus jusqu’au 30 juin, pour ne pas « troubler » le travail des députés qui doivent adopter la loi sur les numéros d’identité. Pour vérifier l’avancée des travaux, les citoyens sont tout de même appelés à venir boire leur café devant le Parlement, mais en silence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s