Le processus de paix israélo-palestinien toujours au point mort

Publié: 15 mai 2013 par ghaouatyousra dans Actualités, Monde, Société
Tags:, ,

 

 

Le président américain Barack Obama en compagnie du chef de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas (D), et du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou (G), à New York, le 22 septembre 2009.

20 minutes.fr

 

PROCHE – ORIENT – Alors que les Palestiniens commémorent ce mercredi la Nakba, «20 Minutes» fait le point sur le processus de création d’un Etat palestinien…

Ce mercredi 15 mai, et comme chaque année depuis 1948, les Palestiniens commémorent la «nakba» (catastrophe, en arabe), l’exode d’environ 760.000 de leurs aïeux qui suivit la création de l’État d’Israël le 14 mai 1948. L’Etat hébreu fête donc lui aussi ses 65 ans, alors que la création d’un Etat palestinien ne semble toujours pas à l’ordre du jour.

«A court terme, aucune des conditions nécessaires n’est réunie pour voir redémarrer le processus de paix, gelé depuis septembre 2010, et qui est censé déboucher sur une solution à deux Etats: pas de pression américaine, une Europe divisée et impuissante, et un désaccord sur la manière de reprendre les négociations», souligne Frédéric Encel, docteur en géopolitique, professeur à l’ESG management school et auteur de Atlas géopolitique d’Israël (Autrement 2012).

Voie diplomatique

Pourtant, le 30 novembre dernier, l’Assemblée générale de l’ONU a accordé le statut d’Etat non membre observateur à l’Autorité palestinienne, jusqu’ici mentionnée en tant qu’«entité», reconnaissant implicitement l’existence d’un Etat palestinien souverain, laissant espérer une évolution de la situation. «Ce vote à l’ONU était important pour les Palestiniens, d’un point de vue diplomatique, mais n’implique pas de changement sur le terrain. C’était un symbole, ce qui n’est pas anecdotique, mais dans la vie quotidienne des Palestiniens, rien n’a changé.»

De plus, alors que leur nouveau statut permet au Palestiniens de rejoindre les organismes de l’ONU tels que la Cour pénale internationale de La Haye, qui leur permettrait de porter plainte contre Israël et ses dirigeants, aucun mouvement en ce sens n’a été fait. Mahmoud Abbas persiste donc dans le choix de la voie diplomatique, qu’il a fait dès 2011. D’autant plus, comme l’explique Frédéric Encel à 20 Minutes que le rapport de force est beaucoup trop défavorable aux Palestiniens pour qu’il joue de la menace de saisir la CPI.

Pas de véritable volonté américaine

Reste donc la reprise des négociations de paix directes, que les deux parties n’ont pas l’air de vouloir relancer pour l’heure, malgré les discussions entamées par le secétaire d’Etat américain John Kerry, qui a estimé en début d’année que la paix entre Israël et les Palestiniens était toujours «possible». Ce qui achoppe, ce sont les conditions de reprise des pourparlers. Les Palestiniens exigeant l’arrêt  de la colonisation avant toute discussion.

Or, la semaine dernière, Israël a approuvé la construction de logements dans une colonie en Cisjordanie, entraînant l’animosité de l’Autorité palestinienne, qui a jugé que cette décision allait «saboter» les efforts américains pour relancer le processus de paix. En effet, le secrétaire d’Etat américain John Kerry multiplie les discussions sur le sujet depuis le début de son entée en fonctions. Mais cette agitation «n’a pas d’impact et n’en aura pas», selon Frédéric Encel, dans la mesure où le président américain semble ne pas avoir de véritable volonté de régler la question israélo-palestinienne. La preuve: lors de sa visite en Israël en mars, Barack Obama est venu sans proposition, seulement pour écouter les différentes parties. «S’il y avait une véritable volonté de régler la question, il y mettrait de la puissance, mais là, sa volonté est seulement rhétorique: il laisse les deux protagonistes face à face.»

Publicités
commentaires
  1. Thanks for this wonderful post, I am glad I discovered this site on yahoo.

  2. This article is obviously written for people like me with curious minds. I agree with several of the points written in this article. Thank you.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s