Pour les 20 ans de la journée de la liberté de la presse, RSF s’offre une campagne insolente

Publié: 3 mai 2013 par ghaouatyousra dans Actualités, Monde
Tags:,

 

 

 

 

 

 

 

 

La journée mondiale de la liberté de la presse souffle ses vingt bougies ce vendredi 3 mai. L’occasion de rappeler que 174 journalistes sont actuellement emprisonnés.

Vladimir Poutine et bachar Al-Assad nous tendent leur majeur en souriant, Kim Jong Un préfère nous offrir un double doigt d’honneur. En noir et blanc, voilà la nouvelle campagne coup de poing de Reporters sans frontières pour fêter le vingtième anniversaire de journée de la liberté de la presse. Avec un humour grinçant, elle dresse la liste des “prédateurs de la liberté de la presse”, comme chaque année depuis 2001. L’objectif : montrer le visage de ceux qui s’en prennent systématiquement aux médias.

C’est également le 3 mai que l’organisation publie un classement mondial de la liberté de la presse. Elle pointe du doigt les bons et les mauvais élèves. Les cancres sont considérés comme “des prédateurs de la liberté d’informer, responsables des pires exactions contre les médias et leurs représentants”.

Sur les 179 pays, les trois meilleurs élèves sont la Finlande, les Pays-Bas et la Norvège, le même top trois que l’année précédente. Les derniers aussi sont fidèles au poste : Turkménistan, Corée du Nord et Erythrée . Ce “trio infernal” est précédé par la Syrie à la 176e place. La Somalie sombre dans les tréfonds du classement, elle perd 11 points et se retrouve 175e. Iran, Chine, Vietnam, Cuba, Soudan, Yémen, complètent la triste liste des dix pays les moins respectueux de la liberté de la presse. La France se trouve à la 37e place du classement. Elle gagne une place depuis 2012.

Les progressions et chutes vertigineuses

Parmi les améliorations les plus importantes, le Malawi gagne 71 places, la Côte d’Ivoire en acquiert 63. Avec le “printemps birman”, la Birmanie confirme son avancée dans l’ouverture de la presse avec 18 points en plus et se positionne 151e. En 2002, elle faisait partie des quinze derniers du classement. Enfin, la dernière grande progression revient à l’Afghanistan. Grâce à l’absence de journalistes emprisonnés, le pays remonte de 22 crans.

L’influence des catastrophes majeures ou de l’instabilité politique saute aux yeux sur cette liste. Le Japon perd par exemple 31 places dans le classement à cause de l’accès à l’information quasi impossible qui a suivi la catastrophe de Fukushima. Le Paraguay recole de 11 places après lecoup d’Etat parlementaire du 22 juin 2012.

Mais c’est le Mali qui enregistre le triste record de la pire chute (74 places) à la suite du putsch militaire du 22 mars à Bamako et la prise de nord du pays par les indépendantistes Touaregs et des groupes islamistes armés.

Pays dangereux pour les journalistes

Depuis le début de l’année, 19 journalistes sont morts, dont six au Pakistan et cinq en Syrie. 2012 avait été une des années les plus sanglante pour les journalistes, 90 avaient trouvés la mort dont 18 en Syrie. 174 journalistes sont actuellement emprisonnés. La Turquie remporte le premier prix du concours “pays prison” avec 33 journalistes enfermés, suivie de la Chine avec 29 journalistes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s